Les ImpalaSeven repartent pour un tour

  • Les ImpalaSeven repartent pour un tour
    Les ImpalaSeven repartent pour un tour
Publié le , mis à jour

En marge du Howard Hinton Seven de Tours, Midi Olympique.fr vous propose de passer le week-end en compagnie de l'association bordelaise des ImpalaSeven. Rugby à 7 et bonne ambiance seront au programme.

Sept heure le réveil sonne dans les tentes des papaz. Si les coachs ont bien du mal à assumer la soirée de la veille, les joueurs eux sont en pleine forme. Sous un soleil estival, le stade de la Vallée du Chère de Tours (le Murrayfield de l'Indre-et-Loire) se réveille lui aussi lentement. Petit à petit les quelques 500 bénévoles du Howard Hinton s’activent. Les ImpalaSeven entament le réveil musculaire : étirement, café, tartines. Neuf heure, direction le terrain numéro 6 pour débuter l’échauffement. Le premier match n’est qu’à dix heure mais les coachs (toujours un peu dans les vapeurs de houblon) encadrent leur troupe, pour faire monter les organismes dans les tours. Passes à gauche, passes à droite, accélération, les joueurs sont déterminés et prêts.

Entame compliquée

Face aux Orlin’s l’entame est… râtée. Coup d’envoi récupéré par les Orléanais qui filent aplatir le premier essai. Mais les Impalas ont de la ressource. Après une longue séquence de presque une minute de conservation de balle, David Faure trouve une brèche dans la défense adverse pour ramener les deux équipes à égalité. La suite n’est qu’une accumulation de fautes défensives et de plaquages manqués. Hugo Leprêtre, capitaine des Imapalas, dresse un constat sévère mais juste. « On est tombé sur une équipe physiquement au dessus de nous, notre défense n’a pas été à la hauteur, moi le premier je rate l’immanquable en défense qui leur offre l’essai du break ». Une auto critique pleine d’honnêteté qui ne parvient pas à dissimuler une certaine frustration, tintée d'humour « on est en auto gestion totale. Les coachs nous abandonnent pour profiter du soleil et de la buvette ». Si le staff profite du soleil c’est pour une simple est bonne raison « on est en auto gestion de coach aussi, les joueurs nous ont lâché sur le premier match, les langues étaient de sorties, on se demande qui a profité du bar hier soir ». On vous rassure tout de suite « le groupe vit bien »

Les ImpalaSeven ont du coeur

Après l’échec et la déception du premier match, pas le temps de cogiter. La deuxième rencontre et déterminante dans la course à la qualification. Une victoire et l’association bordelaise valide son ticket pour la cup. On ne va pas faire durer le suspense (si tenté qu’il y a en avait un). Face aux Red So Seven, les Impala n’ont pas fait de détails et l’ont emporté 43-7. « Mes pupuces ont été réactives, une mêlée solide comme aux plus belles heures du grand Béziers » Paul Guerreschi est satisfait. Joint par téléphone, Fabien Laroumanie le président absent peut souffler, « l’objectif est presque atteint, j’ai confiance, si les coachs lâchent les pichets ils peuvent aller loin »

 

par Félix Comane

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?