Coupe de la Fédération : Le créateur face au tenant

  • Coupe de la Fédération : Le créateur face au tenant
    Coupe de la Fédération : Le créateur face au tenant
Publié le , mis à jour

Dimanche, ce sera la dernière édition de la Coupe de la Fédération, Créée en 2001 par Jean-Claude Baqué, président du comité Midi-Pyrénées à l’époque. Pour cette « der », comme un symbole, la sélection Midi-Pyrénéenne aimerait bien ramener la victoire.

Dimanche, au Stade de France, Midi-Pyrénées et Côte basque-Landes vont en découdre pour le gain de la Coupe de Fédération. Le vainqueur pourra conserver le « planchot » puisque ce sera la dernière édition de cette épreuve, dont la première a eu lieu au cours de la saison 2000-2001. Une épreuve qui avait été créée par Jean-Claude Baqué, alors vice-président de la FFR et président du comité de Midi-Pyrénées. Cette compétition avait pour but de dynamiser le rugby amateur. Ensuite, elle avait abouti à la mise en place de l’équipe de France amateurs. En 2001, la première finale s’était conclue par une opposition entre Midi-Pyrénées et la Côte d’Argent. Cette dernière avait été la première à inscrire son nom au palmarès. Seize ans après, les deux finalistes ont de bonnes raisons de vouloir remporter cette ultime épreuve. Tout d’abord, les Basco-Landais sont les tenants du titre. Trophée qu’ils avaient brillamment remporté à Rennes face à la Bourgogne (25-20). « Les garçons l’avaient déjà gagnée en 2014. En 2016, ils se sont une nouvelle fois illustrés. Cette année, c’est malheureusement la dernière. C’est une compétition que nous apprécions au sein de notre comité. Pour cette « der », on aimerait bien sceller ce bouclier au sein du comité de Côte basque-Landes. Nous savons tous que ça sera très difficile car notre adversaire est de qualité d’autant que leur groupe est essentiellement constitué de joueurs évoluant en Fédérale1. »

Midi-Pyrénées l’attend depuis 2008

Sur un plan sentimental, la délégation midi-pyrénéenne est particulièrement satisfaite d’honorer cet ultime rendez-vous au Stade de France, plus particulièrement, le chef de délégation Michel Pédurand. « Sincèrement, c’est une compétition pour laquelle j’ai une affection particulière. Déjà, nous avons eu l’occasion de la remporter en 2008, ce qui est, à ce jour, notre seule victoire dans cette épreuve. J’ai en mémoire que notre adversaire était déjà Côte basque-Landes que nous avions battu 12 à 6. Outre la qualité sportive de cette épreuve, elle était un véritable tremplin pour accéder à l’équipe de France amateurs. Malheureusement, je trouve très dommageable qu’elle soit supprimée. Cette Coupe représentait vraiment le fleuron du rugby amateur. Si dimanche nous venions à la remporter, ça serait tout simplement extraordinaire. » Les Midi-Pyrénéens pourront également compter sur l’expérience de leur coach, Christophe Deylaud (associé à Laurent Olivier). L’actuel mentor de Blagnac en connaît un rayon en ce qui concerne la mise en place et la préparation des finales. Pour la petite histoire, l’ancien ouvreur du Stade toulousain a remporté la première Coupe de l’Europe en 1996 face à Cardiff. En 1997, il a disputé la dernière finale du championnat de France au Parc des Princes. C’est peut-être un signe du destin pour Midi-Pyrénées ?

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?