Super challenge Midi Olympique : Le droit de rêver

  • Super challenge Midi Olympique : Le droit de rêver
    Super challenge Midi Olympique : Le droit de rêver
Publié le , mis à jour

Samedi et dimanche à Béziers, c’est l’examen final. la Grande finale du Super Challenge de France- Midi olympique. Dix-huit équipes rêvent d’imiter les jeunes du Racing et de brandir le bouclier offert aux vainqueurs.

Le week-end dernier à Marcq-en-Barœul s’est déroulé l’ultime rendez-vous de la compétition Espoirs. Il s’agissait du hors d’œuvre, avec le sacre de Chalon-sur-Saônedevant les jeunes de la Vallée de la Lèze. Mais, samedi et dimanche, en pays biterrois, c’est le plat de résistance etle point d’orgue du Super Challenge de France-Midi Olympique, l’Élite chez les jeunes, qui se jouera. Après les tournois qualificatifs (joués à Toulon, Toulouse, Vannes, Orthez, Agen, Brive, Béziers et Clermont-Ferrand), dix-huit équipes seront en lice. Grenoble, le Stade toulousain, Colomiers, Racing, Béziers, Bayonne, Agen, Oyonnax, Brive, Montpellier, Montferrand, La Rochelle, Perpignan, Massy, Tournefeuille, Toulon, Vannes et Carcassonne ont ainsi gagné le droit de convoiter le trophée décroché l’an dernier par les Franciliens du Racing qui avaient survolé la compétition. L’an dernier lors du tournoi disputé à Orthez, les jeunes racingmen faisaient déjà figure de favoris suite à une triple prouesse réalisée lors des tournois de Brive, Orthez et La Rochelle. Ces succès ont été confirmés lors du tournoi final par une belle victoire (5-0) aux dépens de Toulon pour l’obtention du titre. Cette année, il est bien difficile de dégager un favori tant cette édition 2017 est homogène. Certes, Grenoble vainqueur à Toulon, le Stade toulousain maître en son fief d’Ernest-Wallon, Toulon titré à Vannes, Le Racing à Orthez, Agen chez lui, Colomiers à Brive, Béziers à domicile lors du tournoi Pierre-Lacans et Clermont-Ferrand vainqueur de « son » Michelin sont de sérieux prétendants au titre. Mais, dans le passé, le tournoi final a réservé bien des surprises. Témoin privilégié de l’épreuve, le président Gérard Tugas est heureux d’organiser cette finale sur ses terres biterroises. Il reste prudent à l’instant d’évoquer la hiérarchie sportive. « Une équipe qui remporte un tournoi qualificatif a forcément la légitimité du pronostic. Un tournoi qualificatif du Super Challenge, c’est une référence ! Cela montre la qualité de l’équipe, sa maturité parfois. Les vainqueurs des tournois de Toulon, Toulouse, Orthez, Agen, Béziers, Brive, Vannes et Clermont-Ferrand sont donc de sérieux candidats au titre. L’an dernier, il s’est avéré que le favori le Racing s’est imposé. Mais, dans le passé, nous avons assisté à de belles surprises. En 2014, Toulon s’était imposé devant le Stade toulousain alors que les jeunes varois n’étaient pas vraiment favoris. Autre exemple : en 2015, Montpellier a gagné en finale alors qu’il n’avait remporté aucun tournoi qualificatif. C’est bien la preuve que, sur un tournoi,beaucoup de paramètres sont à prendre en compte : la fatigue, le stress, les blessures, les conditions climatiques… »

SOYEZ FAIR-PLAY

Les jeunes rugbymen qui vont fouler les pelouses biterroises, n’ont pas encore passé leur premier diplôme scolaire. En revanche, ils ont la chance de savourer l’approche d’une première compétition nationale. Dans les têtes des jeunes toulonnais, toulousains, agenais, oyonnaxiens, tournefeuillais ou bayonnais, tous les rêves sont permis. En revanche, la perspective d’un bouclier n’autorise pas à tous les excès. L’an dernier, la commission du Super Challenge avait été peinée par les débordements du club de Mouguerre. Pour ce rendez-vous biterrois, la commission du Super Challenge met d’emblée en garde les dix-huit finalistes : « Tout d’abord, la règle essentielle lors d’un tournoi, c’est le respect, celui de l’adversaire, des arbitres, des éducateurs. Chaque année, nous prévenons les équipes. Nous souhaitons tout d’abord qu’elles soient Fair-Play. À Marcq-en Barœul, nous avons eu un tournoi exemplaire. Nous souhaitons que ce soit pareil à Béziers » ajoute le président. Le ton est ainsi donné !

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?