Vers une attaque-défense ?

  • Vers une attaque-défense ?
    Vers une attaque-défense ?
Publié le / Mis à jour le

Qui s’imposera en finale ? Ancien demi de mêlée de Clermont et coach à succès de Toulon, le manager lyonnais Pierre Mignoni livre son état des lieux des forces en présence.

Conquête Égalité

Un match se gagne d’abord devant. Toutefois, si les Toulonnais ont semblé à leur avantage face à La Rochelle dans les airs tandis que Clermont a connu quelques difficultés face au Racing, difficile de déceler a priori un avantage, d’autant que chaque équipe compte des absences majeures. « De toute façon, je n’ai pas souvenir d’avoir vu un jour l’une ou l’autre équipe dominer outrageusement un de secteurs de la conquête, rappelle Mignoni. Qu’il s’agisse de la touche ou de la mêlée, les Toulon-Clermont sont toujours équilibrés. Après, bien sûr qu’un ou deux ballons perdus, ou une pénalité bien placée peuvent faire basculer un match. Mais je ne vois pas l’une ou l’autre équipe s’imposer sur la seule qualité de sa conquête. Il faudra autre chose… »

 

Défense Avantage Toulon

Certes, la performance des Clermontois en demi-finale s’est avérée exemplaire, puisque ces derniers n’ont cédé à 14 contre 15 qu’en toute fin de partie face au Racing, alors que la victoire leur était acquise. N’empêche que, de par son profil et son « blanchissage » réussi face à La Rochelle, le RCT semble encore un ton au-dessus des Auvergnats sur la défense pure. « Le RCT compte sept ou huit joueurs, soit la moitié de l’équipe, qui sont capables de taper très fort… Les Toulonnais voudront prendre l’ascendant dans les duels, notamment au milieu du terrain. » Aux Clermontois, dès lors, de trouver des solutions…

 

Jeu au sol Avantage Toulon

Cette donnée est claire comme de l’eau de roche : face à une équipe qui cherche à multiplier les temps de jeu en consommant le moins de joueurs possible au sol, les Toulonnais voudront contester un maximum de ballons afin d’empêcher les Auvergnats de mettre de la vitesse et les cantonner à un jeu d’affrontement. Une méthode qui a fait ses preuves contre La Rochelle, et sera au centre des attentions samedi soir. « La clé du match résidera là, avance Mignoni. À ce titre, le rôle de Romain Poite va s’avérer extrêmement important. C’est un très bon arbitre, de niveau international, qui connaît très bien ce secteur de jeu. Or, c’est la clarté dans ces phases de ruck qui va nous permettre d’assister ou non à une très belle finale. »

 

Jeu au pied Avantage Clermont

Entre une paire Parra-Lopez qui marche sur l’eau depuis quelques semaines et des Toulonnais privés de leur buteur star, il ne semble pas devoir y avoir photo. D’autant qu’à cette incertitude a plané celle concernant le poste de demi d’ouverture… Alors, même si Sébastien Tillous-Borde reste un joueur très précis pour réaliser des jeux au pied de pression, difficile de ne pas voir les Varois bien plus handicapés que les Clermontois. De quoi attendre des Toulonnais qu’ils remontent davantage de ballons à la main ? Pierre Mignoni semble le penser. « Quel que soit le profil de l’arrière qui sera titularisé, qu’il s’agisse de James O’Connor ou de Drew Mitchell, il s’agira d’un arrière porté sur la relance et capable de créer des différences en bout de ligne. Cela peut être un atout offensif. Après, de là à savoir si Toulon aura le même pourcentage de réussite au but qu’avec Halfpenny, c’est une autre histoire… »

 

Lancements Avantage Clermont

Si Clermont plane à cent coudées au-dessus de ses concurrents hexagonaux, c’est bien de par leur capacité à lancer le jeu en première main, notamment après touche. De là à connaître une consécration en finale ? Mignoni veut le croire. « Oui, ils sont capables de marquer en première main contre Toulon. La variété des lancements est présente, bien orchestrée par la paire Parra-Lopez, que tous les joueurs maîtrisent sur le bout des doigts. Mais Toulon peut aussi surprendre… » 

 

Constructions égalité

Faut-il réduire cette finale à une attaque-défense ? Sûrement pas. Car si la clé pour les Auvergnats résidera dans leur capacité à déplacer le ballon et les hommes, les Toulonnais ont aussi des atouts à faire valoir et chercheront nécessairement à partager la possession de balle, dans un style certes plus frontal, mais pas forcément moins efficace. Loin, en tout cas, du néant offensif constaté lors du quart de finale de Champions Cup au Michelin « Oui, ce match sera serré. Oui, le combat s’annonce énorme sur toutes les zones de collision, mais je pense que cette rencontre sera tout de même plus spectaculaire que le quart de finale, où il avait pas mal plu, estime Mignoni. Cette fois, les Toulonnais ne se contenteront pas de défendre, car ils savent que pour remporter une finale, il faut aussi être en mesure de proposer des choses. Lors des années que j’ai passées à Toulon, on aimait aussi prendre le jeu à notre compte, une fois certaines bases respectées. » La clé pour les Auvergnats résidant évidemment à faire déjouer les Toulonnais sur leurs traditionnelles bases… 

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir