Serfontein, le chaînon manquant

  • Serfontein, le chaînon manquant
    Serfontein, le chaînon manquant
Publié le , mis à jour

Auteur d’une prestation remarquée face à la France, la recrue estivale du MHR a tellement convaincu son sélectionneur que ce dernier a préféré laisser son futur coéquipier de club François Steyn sur le banc, malgré la blessure de Jesse Kriel.

Certains ont pu, peut-être, se gausser de son manque de vitesse et de son étrange course oblique, samedi dernier à Pretoria. N’empêche qu’au terme d’un tour de passe-passe au sol, Jan Serfontein est bien parvenu à aplatir le dernier essai des Springboks, au nez et à la barbe de Virimi Vakatawa. Le point d’orgue d’une performance qui n’a en tout cas pas laissé insensible son sélectionneur Allister Coetzee. « Jan a apporté de l’équilibre à notre ligne de trois-quarts grâce à son expérience. Même s’il n’a que 24 ans, c’est ce que vous attendez en premier d’un joueur qui compte 27 sélections au milieu de joueurs moins expérimentés. »

Il est vrai qu’au sein d’une ligne de trois-quarts qui comptait de nombreux débutants (Cronjé, Skosan, Coetzee, Rhule) et un ouvreur souvent critiqué en Afrique du Sud pour son manque de régularité, la présence de Serfontein s’est avérée décisive. « Il a abattu un travail de l’ombre colossal, appréciait Coetzee. D’abord en défense où son abattage a été remarquable, mais aussi en attaque, où il parfaitement soulagé Elton Jantjies. Ce n’est pas un hasard si Elton a été si bon samedi dernier. C’est parce qu’il avait à ses côtés un partenaire sur lequel il a pu compter pour prendre certaines décisions à sa place. » À commencer par cette bonne lecture du jeu et ce judicieux coup de pied rasant qui mit en difficulté Dulin, au point de contraindre ce dernier à commettre l’irréparable sur Skosan, synonyme d’essai de pénalité et de carton jaune. Donc de tournant définitif de la partie…

 

Steyn cantonné au banc

Une prestation tellement aboutie qu’elle a conduit le sélectionneur à un choix fort : celui de conserver François Setyn sur le banc des remplaçants, malgré l’absence sur blessure de Jesse Kriel, victime d’une commotion sur une charge de Henry Chavancy. Étonnant ? Pas tant que ça, eu égard aux explications livrées par Coetzee. « L’association entre Jan et Jesse Kriel a superbement fonctionné à Pretoria. C’est dommage que Jesse ne puisse pas jouer ce week-end, mais il sera certainement disponible pour le troisième test. En attendant, une option aurait effectivement pu être d’intégrer François Steyn en numéro 12, et de demander à Jan de se décaler d’un cran, mais au poste de 13 je préfère faire confiance à un vrai spécialiste. Serfontein restera numéro 12 et c’est Lionel Mapoe qui endossera le rôle de deuxième centre. »

Un choix tout sauf anodin, Coetzee souhaitant faire de Serfontein son véritable « cinq-huitième » à la néo-zélandaise. Ne vous étonnez pas, dès lors, si Vern Cotter a jeté son dévolu sur le joueur pour l’attirer à Montpellier, pour évoluer aux côtés de Aaron Cruden…

 

Cadre des Boks jusqu’en 2019

Car oui, on l’aurait presque oublié, mais Serfontein portera bien les couleurs de Montpellier les prochaines saisons. En effet, en novembre dernier, alors que sa prolongation de contrat avec la Fédération sud-africaine traînait en longueur, le MHR avait saisi l’aubaine pour s’intercaler dans les négociations. Et offrir juste à temps à Serfontein une offre devançant celle de sa province des Blue Bulls, provoquant une petite polémique au pays au point d’obliger Serfontein à se justifier. « J’ai été très flatté de la proposition offerte par les Bulls et la fédération sud-africaine, mais mon départ est bien une décision personnelle », avait alors déclaré le joueur. À d’autres, sachant que cet exil peut priver Serfontein de la sélection nationale ? Peut-être pas. En effet, la nouvelle règle interne à la Fédération sud-africaine interdit aux joueurs évoluant à l’étranger de postuler pour les Springboks, à moins de compter 35 sélections. Une faille dont a d’ailleurs profité Frans Steyn pour effectuer son retour lors de cette tournée, après quatre ans d’absence… Or, en comptant cette tournée face à l’équipe de France (encore deux tests à venir) ainsi que le Rugby Championship à venir (six matchs potentiels), Serfontein pourrait obtenir tout juste le quota requis. Cela obligerait bien sûr ce dernier à réaliser un sans-faute en disputant tous les matchs. Mais à bien écouter Coetzee, sauf blessure, il semble peu probable de voir Serfontein perdre son numéro 12 avant la fin de l’été. Et donc jusqu’à la Coupe du monde 2019… 

 

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?