"L'avenir du rugby à XV c'est le 7"

Tout jeune retraité du rugby à 7, Julien Candelon est aussi un ancien international à XV. Il livre pour midi olympique.fr son regard sur l’évolution des rapports entre le 7 et le XV, et l'avenir de l'équipe de France.

Comment jugez vous l’évolution du 7 en France ?

Lente mais progressive (rire). C’est une progression qui va dans le sens de l’actualité, le 7 est devenu un sport olympique, on sent qu’il y a un souffle nouveau sur la discipline. On tend vers plus de pratiquants et tout cela va aider à la médiatisation du rugby à 7 en France.

Comment justement accélérer ce développement ?

Multiplier les associations c’est sûr que c'est un plus mais il faut surtout muitiplier les tournois de haut niveau. Les finales nationales de ce week-end à Albi, font partit des événements qui vont faire développer le 7.

Que peut apporter le rugby à 7 aux joueurs ?

Aujourd’hui il faut enrichir le rugby français sans passer des heures et des heures à l’entrainement. De toute manière, on ne peut pas rallonger les journées. Et le 7 est un formidable tremplin pour franchir certains paliers techniques et physiques qui nous séparent du haut niveau. On voit qu’on a un jeu en France de plus en plus tourné sur le défi physique. Sauf que les grandes nations du rugby, elles, sont déjà passées à autre chose. Si l'on veut se remettre au niveau, il va falloir produire un autre rugby que celui proposé actuellement. Et le 7 est la discipline qui va refaire des joueurs français ce qu’ils étaient avant. A savoir, de bons joueurs de ballons.

Donc l’avenir du XV passera par le 7 ?

L’avenir du XV passera par le 7 oui. C’est une discipline utilisée par toutes les grandes nations pour le développement des joueurs. On a souvent opposé le 7 et le XV en France, ou même dénigré le 7. Mais pour moi, il faut que les mentalités changent, qu’on se persuade que la formation du jeune rugbyman français doit passer par le 7.

La vitrine du 7 c'est l’équipe de France, qui connaît une grande vague de départ, comment va-t-elle s’en relever ? 

Elle va s’en relever parce qu'il faut dire qu’elle n'était pas non plus à de hauts sommets. À l’image d’un club, ou même du XV de France, il y a une génération qui s’en va, il faut la remplacer. Même si pour le moment Virimi Vakatawa et Terry  Bourahoua restent toujours sélectionnables avec l’équipe de France à 7. En ce moment beaucoup de joueurs sont testés sur le circuit européen pour préparer les deux prochaines grosses échéances : le mondial et surtout les jeux Olympiques de Tokyo. Le but étant de dégager l'effectif le plus riche et plus dense possible.

 

Propos recueillis par Félix Comane