• Une œuvre à parachever
    Une œuvre à parachever
Publié le / Modifié le
Compétitions

Une œuvre à parachever

Auteures d’une belle performance à Malemort la semaine dernière, les Tricolores abordent le Clermont Sevens avec confiance et détermination. L’objectif ? Se qualifier directement pour les Mondiaux 2019, sans passer par le circuit européen.

En débarquant à Malemort, l’équipe de France Féminines à VII avait un objectif très clair : remporter cette manche du tournoi européen pour préparer au mieux le rendez-vous mondial de Clermont. En effet, quoi de mieux que la victoire d’une compétition pour préparer une échéance plus importante encore ? Les Bleues n’ont pas tout à fait rempli leur mission. Brillantes en poule avec de larges victoires contre la Suède, la Belgique et le pays de Galles, les Françaises ont ensuite dominé l’Italie en quart puis l’Irlande en demie pour rejoindre la Russie, quatrième nation mondiale provisoire en finale. La suite ? Elle est un peu cruelle pour les Bleues, qui se sont inclinées d’un point contre les Slaves (22-21) au terme d’un match de haute intensité : « Ce Tournoi montre que le groupe possède une belle réserve, car malgré un groupe rajeuni et des blessures en cascades, elles ont tenu bon. Nous avons terminé la compétition à sept, alors que nous étions arrivés avec douze joueuses », expliquait cette semaine l’entraîneur David Courteix.

Objectif San Francisco

Ce week-end, à Clermont, les Bleues devront encore puiser dans ces fameuses ressources pour mener à bien leur mission. Celle-ci est simple : valider définitivement leur billet pour participer aux championnats du monde de rugby à VII qui se tiendront à San Francisco en 2019. Pour l’heure, quatre équipes sont déjà qualifiées pour ce grand-rendez : la Nouvelle-Zélande, le Canada, les USA et l’Espagne, demi-finalistes de la précédente édition qui s’est déroulée à Moscou en 2013. À ces formations s’ajouteront les quatres équipes les mieux classées à l’issue des World Series. Et comme Clermont n’est autre que la dernière étape, autant dire qu’elle n’est rien moins qu’une finale pour les Bleues. Actuellement septièmes avec 46 points au compteur, elles devancent les Anglaises, leurs poursuivantes et principales rivales de dix points. Cette septième place est la dernière des quatre places qualificatives. Si les Françaises veulent se qualifier directement, elles doivent la conserver à tout prix.

Duel à distance avec les Anglaises

Les Bleues se livreront donc un vrai mano a mano avec les Britanniques, qui débarqueront à Clermont avec quelques nouvelles joueuses. À Malemort, ces dernières avaient été vaincues en demi-finale par la Russie (24-15) puis par l’Irlande dans le match pour la troisième place (26-7). Seulement, les Tricolores comptent plusieurs blessées, et notamment des cadres : Camille Grassineau, Caroline Ladagnous, Fanny Horta, Jessy Trémoulières et Rose Thomas ont déclaré forfait : « Ces forfaits ne m’inquiètent pas, car le groupe est de qualité. Certes, nombre de ces blessées sont des joueuses d’expérience, mais le leadership est bien réparti au sein du groupe. Je suis simplement déçu pour celles qui ne participeront pas à la manche de Clermont », assure Courteix. Dans le sillage de Montserrat Amédée, désignée capitaine, les Bleues n’ont pas le temps de se poser de questions : « Cette qualification pour les Mondiaux est l’objectif numéro un de notre saison », insiste l’entraîneur. En cas d’accident, les Tricolores auront toutefois toujours une chance de se qualifier via le circuit européen et sa dernière étape qui se jouera à Kazan. Mais au vu de leur saison, nos Bleues méritent mieux que ça. Allez les Bleues !

Par Simon VALZER

Réagir