• Polyvalents et Epanouis
    Polyvalents et Epanouis
Publié le / Modifié le
Compétitions

Polyvalents et Epanouis

Champions de France 2016 à XV et 2017 à VII, les girondins illustrent à merveille L’efficience de la politique de formation du club.

Habitué à se mêler à la lutte pour le titre national des cadets à XV, le CABBG est tombé, cette année, en huitième de finale face à Clermont, à l’issue d’un remarquable parcours. Julien Antonin, CRT depuis 2005, responsable depuis dix ans du secteur cadets de Bordeaux-Bègles, considère que la déception engendrée par cette élimination est à l’origine du titre national glanée par l’équipe du club à VII. Julien Antonin argumente : « Ils étaient très déçus de leur contre-performance et ils se sont promis d’être champions de France à VII avec le club, et la sélection du comité de Côte d’Argent. Qu’ils soient parvenus à leur fin démontre une vraie force mentale. » En deux semaines consécutives, les jeunes Girondins ont décroché deux boucliers. À l’heure de constituer le groupe CABBG pour le VII, il y a eu une vingtaine de déçus mais le club et Julien Antonin n’ont pas dérogé à leur principe : « Nous avons établi la sélection sur des critères de qualités, de profils et de motivation. Notre discours a été direct et nous avons fait la meilleure équipe. » Il serait injuste de dissocier cette réussite, d’une forme de jeu portée par chaque éducateur du CABBG, dont Julien Antonin : « Nous essayons de décliner le projet de jeu des pros basé sur le mouvement. Les jeunes apprennent très vite, ils sont demandeurs. Il serait sans doute plus facile de prôner du combat mais nous privilégions la technique individuelle et la compréhension du jeu. C’est plus difficile mais plus intéressant. Nous voulons fournir à nos joueurs le maximum d’outils à mettre dans leur caisse. »

Un contrat de vie

Membre du pôle espoirs, véritable potentiel, international moins de 16 ans, l’attaquant et capitaine Alex Borie « kiffe » sa vie et son rugby dans le cadre du double projet scolaire et rugbystique. Il a déjà vécu le bonheur d’un titre de champion de France Alamercery en 2016, mais ce bouclier supplémentaire est une revanche : « Nous avions perdu, l’année dernière, contre Massy en finale à VII. Vivre cette aventure avec les copains de ma génération c’est hyper cool. Le week-end précédent, nous avions été battus par Clermont en huitième d’Alamercery, nous voulions réagir. J’aime beaucoup le VII, je suis un joueur d’espace et on peut davantage y exprimer son envie. Je pense aussi que Julien (Antonin) prône un jeu que beaucoup de clubs n’appliquent pas. C’est un projet intéressant et que j’aime, avec beaucoup de courses. Mais Julien est hyper rigoureux avec nous à l’entraînement. Il n’est jamais satisfait, il y a toujours quelque chose à travailler et ça me plaît. » La majorité des jeunes du CABBG ont accepté le contrat de vie qui leur a été proposé et qui colle à la politique du club : « Nous n’avons pas la prétention mais l’ambition de faire partie des meilleurs clubs formateurs français. Les jeunes doivent être sérieux dans leur double projet. » De cette génération pointent quelques éléments prometteurs mais Julien Antonin se veut prudent dans ses jugements : « Les cadets sont un petit laboratoire. À 16 ans, Baptiste Serin était déjà leader. Mathieu Jalibert n’était pas, lui, au dessus des autres. Aujourd’hui, il est en équipe de France moins de 20 ans avec un an d’avance et il va intégrer le collectif pro. » Pour Alex Borie et ses coéquipiers la voie est tracée.

Le groupe champion

Ewan Bertheau, Nathan Lobjoit, Clément Argenton, Enzo Elissalde, Noé Valles, Paul Castera, Quentin Bramery, Alex Borie (capitaine), Paul Beauzethier, Camille Gai, Justin Ardonneau, Eliot Marquis.

 

Par Gérard Piffeteau

Réagir