RCT : Pré-rentrée sous le soleil

  • RCT : Pré-rentrée sous le soleil
    RCT : Pré-rentrée sous le soleil
  • RCT : Pré-rentrée sous le soleil
    RCT : Pré-rentrée sous le soleil
  • RCT : Pré-rentrée sous le soleil
    RCT : Pré-rentrée sous le soleil
  • RCT : Pré-rentrée sous le soleil
    RCT : Pré-rentrée sous le soleil
  • RCT : Pré-rentrée sous le soleil
    RCT : Pré-rentrée sous le soleil
  • RCT : Pré-rentrée sous le soleil
    RCT : Pré-rentrée sous le soleil
  • RCT : Pré-rentrée sous le soleil
    RCT : Pré-rentrée sous le soleil
Publié le , mis à jour

Ce lundi matin, peu avant 11 heures et quart, une quinzaine de Toulonnais (six recrues et quelques jeunes) ont retrouvé le chemin de l'entraînement. Une reprise en douceur, qui permettait également au nouveau staff de prendre ses marques. 

Alors que les nuages étaient aux abonnés absents, que le soleil était à son zénith et que les trente degrés avaient allègrement été dépassés, les Toulonnais ont retrouvé le centre d'entraînement de Berg ce lundi matin. Tous les Toulonnais ? Que nenni, la reprise officielle étant prévue le 10 juillet. La pré-rentrée était donc réservée aux jeunes du centre de formation (parmi lesquels Swann Rebbadj, Anthony Méric, Emerick Setiano, Bastien Soury, etc.) et à six recrues. Quelques courageux supporters ont ainsi pu entrapercevoir Jean Monribot, Raphaël Lakafia, Jonathan Wisniewski, Hugo Bonneval, Luke McAlister et Facundo Isa. Chris Ashton était également présent à Berg ce lundi matin. Pourtant l'international anglais ne s'est pas entraîné avec le reste du groupe. La raison ? Sa signature n'ayant pas encore officiellement été annoncée par le RCT, le désormais « ancien joueur des Saracens » devait au préalable passer des examens médicaux. L'officialisation de son arrivée devrait intervenir mardi ou mercredi.

 

Le nouveau staff prend ses marques

 

Cette pré-reprise a également permis au nouveau staff de diriger sa première séance. Les joueurs se sont ainsi vus, dans une ambiance pour le moins décontractée, distiller les premières consignes de Fabien Galthié, Manny Edmonds, Fabrice Landreau et Marc Dal Maso. Au programme ? Des exercices de passe à vitesse réduite et du physique avec ballon. D'ailleurs quelques minutes après la fin de l'entraînement, Fabien Galthié reconnaissait une volonté d'intégrer du rugby à chaque séance. Un discours qui faisait écho à celui du nouvel entraîneur des trois-quarts, Manny Edmonds : « On va essayer de mettre beaucoup de ballons dans les mains des joueurs, de ne pas tout baser sur notre préparation physique. Dès les premiers jours, que ce soit sur le terrain ou en salle de muscu il y aura des ballons. » A Fabrice Landreau de poursuivre « On part d'une page blanche. Nous sommes de nouveaux entraîneurs et on doit insuffler une certaine forme de travail, une rigueur, un niveau d'exigence important. A nous de nous adapter à tout ça et d'adapter une culture du travail un peu différente. […] On a besoin de parfaire notre communication, afin d'avoir les mêmes dialogues, les mêmes terminologies. Ensuite on essayera d'avoir une idée commune de ce que l'on veut mettre en place. »

 

Opération séduction

 

Du jeu direct, à la Richard Cockerill ? Un jeu plus aéré basé sur l'initiative, à la Mike Ford ? Manny Edmonds botte en touche. « On va essayer de jouer, d'utiliser le ballon intelligemment. […] On va tenter de mettre un peu plus de dynamique dans le jeu, avec des passes. » Ne craint-il pas de se heurter aux mêmes difficultés que Mike Ford ? « Je ne sais pas comment travaillait Mike. Peut-être y avait-il un souci ailleurs, je ne peux pas vous le dire. De notre côté nous avons parlé avec les joueurs, on sait comment ils veulent jouer. Ils ont envie de travailler sur la lecture de jeu, tout en conservant des choses simples ». Et si l'opération séduction semble déjà faire effet auprès des joueurs, Fabrice Landreau a entamé celle auprès des supporters. « Je suis bluffé par la passion qui anime cette ville, par l'ancrage du RCT dans la région, la force qui provient de ses supporters et de l'histoire du club. Ça surprend quand on vient ici pour la première fois... Personnellement j'ai constamment la chair de poule depuis mon arrivée. On a à faire fructifier un bel héritage et on va tenter de mettre des processus en place pour que Toulon soit encore une équipe majeure du rugby français. » A eux désormais de rendre aux supporters la confiance qu'ils leurs accordent.

 

 

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti, à Toulon

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?