Petit budget, grandes ambitions

  • Petit budget, grandes ambitions
    Petit budget, grandes ambitions
Publié le , mis à jour

Neuvième au classement lors du précédent exercice, l’USC souhaite faire mieux cette saison. Et pourtant, le club possède l’un des budgets les plus modestes de l’épreuve.

Quatorzième lors de la saison 2015-2016 avec, à la clé, une double lanterne rouge, celle de la plus mauvaise attaque et défense de l’épreuve. Avec une équipe en reconstruction, un encadrement tout neuf, l’ensemble de la France ovale ainsi que les fins pronostiqueurs ne donnaient vraiment pas cher de la peau des Carcassonnais dans cette édition 2017. Et bien ! L’équipe de Nicolas Nadau et Mathieu Cidre a fait un joli pied de nez à la logique sportive. Elle a déjoué bien des pronostics et épinglé, sur le rectangle vert de Domec, de grosses cylindrées : Oyonnax, le champion en titre, s’est pris les pieds dans le tapis et Aurillac, le finaliste 2016, a essuyé une cuisante défaite (47-13). Idem pour Biarritz (32-9). Quant aux Dacquois, ils sont repartis bredouilles (36-0). À cette liste s’ajoute Colomiers, Perpignan et Béziers repartis avec zéro point d’Albert-Domec. Dans son antre fétiche, le groupe confectionné par le duo Nadau-Cidre a séduit et conquis l’estime des supporters. Grâce à cette belle dynamique à domicile, l’USC s’est longuement maintenue dans la première partie du tableau. En revanche, elle a un peu peiné à l’extérieur où elle a eu du mal à capitaliser douze unités. Au terme de la saison, elle finit à une acceptable neuvième place. « L’objectif premier était de valider le maintien le plus tôt possible dans la saison. Par rapport à la saison 2016, le parcours est satisfaisant. En revanche, il y a des regrets car nous pouvions faire beaucoup mieux », soutient l’encadrement.

Attaque et discipline, les talons d'Achille

En fin de parcours, l’USC a manqué de souffle lors de la dernière ligne droite. Le 2 avril, la défaite à domicile face à Agen a brisé le rêve d’un flirt avec le top 5. Pour le prochain exercice, l’encadrement et les dirigeants espèrent tirer profit de cette expérience. « L’an dernier, nous avons posé les bases. Il fallait tout reconstruire. Maintenant, nous travaillons dans la stabilité. Nicolas et Mathieu ont étoffé un groupe. Les fondations commencent à être solides. Nous nous autorisons à faire mieux que la saison précédente. Et pourtant, nous avons été contraints de revoir le budget à la baisse. Nous avons été dans l’obligation de le faire passer de 4,5 à 4,2 millions d’euros. Le budget est modeste mais au sein du club, il y la volonté d’animer ce championnat », a déclaré le président Frédéric Calamel, lors de la conférence de presse de rentrée.

Avant les trois coups du championnat, le 20 août, deux domaines vont être particulièrement étudiés. « L’an dernier, l’équipe a été classée onzième attaque de l’épreuve. Avec le jeu que nous voulons mettre en place, nous devons être plus ambitieux dans le domaine offensif. Notre talon d’Achille est aussi la discipline. La saison écoulée, l’indiscipline nous a couté quelques points. À l’avenir, il faudra être plus rigoureux dans un championnat qui devient de plus en plus serré », soutient Mathieu Cidre. Un championnat exigeant où l’un des plus modestes budgets du championnat espère jouer bien des tours à ses adversaires et rester le plus longtemps invaincu à Albert-Domec. Lors du précédent exercice, trois formations : Montauban, Agen et Albi avaient réussi un voyage fructueux. Pour cette saison 2017-2018, un des premiers objectifs, sera de faire de Domec une pelouse imprenable pour les visiteurs. Dans ce championnat marathon et très complexe, les victoires à domicile ont tendance à compter double. L’USC vise une place dans la première partie de tableau. Dans son fief, elle n’a donc vraiment pas droit à l’erreur. 

 

Par Didier NAVARRE

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?