Mourad Boudjellal : « Signer Ashton sans le plongeon, c'est comme signer Chabal sans la barbe »

  • Mourad Boudjellal  : «  Signer Ashton sans le plongeon, c'est comme signer Chabal sans la barbe »
    Mourad Boudjellal : « Signer Ashton sans le plongeon, c'est comme signer Chabal sans la barbe »
Publié le , mis à jour

En attirant Chris Ashton dans ses filets, Mourad Boudjellal a une nouvelle fois réalisé un coup de maître sur le marché des transferts. Plongeons, Gerd Müller et casquette, le président du RCT nous raconte comment se sont passées les tractations.

Mourad, à quel moment avez-vous décidé de faire venir Chris Ashton ?

Véritable référence mondiale, Chris Ashton est de ces joueurs que tout président regarde. J'avais déjà eu des contacts avec lui il y a deux-trois ans, mais je pense qu'il n'était pas encore prêt. Cette année, si. Je me suis donc lancé dans ce dossier sans crainte en me disant : « qu'est-ce que j'ai à perdre? ».

 

Pourriez-vous nous raconter comment se sont passés les échanges ?

Pour être honnête, les discussions ont été particulièrement rapides dans cette affaire. Tout s'est joué autour d'un dîner organisé dans le plus grand des secrets à Londres. J'avais trouvé face à moi un garçon impétueux, comme je les aime. Il n'avait pas hésité à me balancer deux-trois vannes sur le club. Il m'a montré qu'il ne serait pas assujetti. J'avais passé une excellente soirée et c'est à partir de ce moment que j'ai compris qu'il était définitivement taillé pour le RCT.

 

Et ensuite ?

Nous étions restés le plus discret possible car il lui restait une année de contrat avec les Saracens. Mais il avait obtenu de son président la promesse de le libérer. Pour autant rien n'était certain, car la promesse n'était évidemment pas écrite. Nous avons donc continué à échanger et visiblement les Saracens ont un président qui a une parole (sourire).

 

Et que représente pour un président la signature d'un joueur comme Ashton ?

Premièrement c'est un top joueur. Avoir Ashton dans son effectif ça ne peut qu'être une plus-value. Puis ce n'est pas n'importe quel finisseur... Quand on signe Chris Ashton c'est comme si à l'époque un club avait signé Gerd Müller (footballeur allemand, ballon d'or en 1970). On pouvait se dire « on a tant de buts garantis ». Bah Ashton c'est un peu ça. Mais pour être très honnête je crois que les supporters sont un peu habitués à ce genre de signature du côté de Toulon. D'ailleurs je pense que c'est plus le RCT qui représente quelque chose aux yeux Chris Ashton. Vous me direz qu'il arrive des Saracens, double champions d'Europe en titre ? Nous avons remporté trois fois cette compétition.

 

Ce transfert vous permet également de perpétuer la tradition des Anglais sur la rade...

Jusque-là ça s'est toujours plutôt bien passé pour les Anglais à Toulon, j'espère donc que ça continuera. Non mais plus sérieusement la principale prouesse avec la signature de Chris Ashton c'est qu'il abandonne l'équipe d'Angleterre. Car même s'il n'est pas sélectionné actuellement, il fait partie des joueurs qui peuvent y prétendre. C'est finalement ce qui m'a le plus surpris. Mais pour venir à Toulon il semblait prêt à faire cet effort. Il cherchait une expérience de vie nouvelle. Je crois qu'il n'a rien contre les Saracens et répète qu'il y a passé des années extraordinaires. Mais il m'a expliqué vouloir découvrir autre chose et vivre quelque chose de complètement différent. Je lui ai répondu « ça tombe bien, viens à Toulon, ici tout est différent. »

 

Chris Ashton devrait donc être l'attraction de la saison du RCT, voire du Top 14...

C'est vrai qu'hier (entretien réalisé mercredi), lorsque nous avons fait la photo officielle je l'ai regardé de haut en bas... C'est quand même un immense joueur ! Puis il fait partie des joueurs qui créent du spectacle. Désormais, quand on ira voir jouer Toulon, on espérera toujours voir une action ou deux de Chris Ashton. C'est un peu comme dans un concert. Il y a les chansons, puis il y a LA chanson que l'on attend tous. Bah en regardant le RCT on attendra l'action de Chris Ashton. On attendra également ses plongeons...

 

C'est-à-dire ?

(rires) Je dois vous avouer que j'ai négocié quelque chose avec lui... S'il ne fait pas son plongeon en marquant on pourrait résilier son contrat*. C'est une clause importante pour nous. Alors bien sûr il ne doit pas plonger au risque de mettre en péril un essai, mais signer Ashton sans le plongeon, c'est comme si j'avais signé Chabal sans la barbe. C'est la marque Ashton, et même s'il l'a moins fait la saison passée sur la pelouse synthétique des Saracens nous avons la chance à Mayol d'avoir une pelouse, une vraie.

 

Et qu'avez-vous prévu à propos de l'été caniculaire qui l'attend ?

Je ne vous cache pas que c'est notre premier sujet d’inquiétude. On craint qu'il fasse une insolation et soit hospitalisé. Il fait 35 degrés à Toulon et je ne suis pas sûr qu'il soit habitué. On lui a donc demandé de se protéger et je vais lui acheter une casquette.

 

*Anecdote à prendre au second degré.

 

Propos recueillis par Pierrick Ilic-Ruffinatti à Toulon

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?