Hyères - Carqueiranne - La Crau : Un mariage heureux

  • Hyères - Carqueiranne - La Crau : Un mariage heureux
    Hyères - Carqueiranne - La Crau : Un mariage heureux
Publié le / Mis à jour le

Vainqueurs de Bergerac au bout du suspens (12-6), les Varois se sont offerts le titre de Fédérale 2. le premier succès national du RCHCC, fusion de Hyères, Carqueiranne et La Crau, créée en 2010.

Ils sont passés tout près de la correctionnelle en demi-finale contre Orsay (20-17), ont dû attendre la toute dernière seconde et l’essai refusé à Bergerac en finale, mais les joueurs du RCHCC ont finalement remporté leur premier titre de champions de France. Au terme d’une saison on ne peut plus maîtrisée (vingt victoires pour seulement trois défaites), les Varois, quelques semaines après avoir poinçonné leur billet pour la Fédérale 1, ajoutent une ligne à leur palmarès. La plus belle depuis la fusion du club. « Être champions c’est magnifique, incroyable. Sportivement, ça signifie que notre projet était le plus solide de la division, reconnaissait Alain Brenguier, président du RCHCC. Mais finalement mon plus grand plaisir a été de voir tous ces gens heureux. Dimanche, au coup de sifflet final, j’ai regardé les centaines de Varois qui avaient fait le déplacement à Pézenas et j’ai compris pourquoi on se battait depuis des années.» La finale ? « Je vais être très honnête, je ne l’ai pas regardé. C’était impossible pour moi. Au coup d’envoi je suis donc sorti du stade et j’ai tourné autour jusqu’au coup de sifflet final. Pour suivre la rencontre ? J’ai regardé le tableau d’affichage et écouté nos supporters. Je peux vous affirmer qu’on observe une nette différence entre les cris de joie de n’importe quels supporters et les cris de joie des Varois », poursuivait hilare l’homme fort du RCHCC. Une mimique qu’il aurait emprunté à son homologue toulonnais, Mourad Boudjellal, également adepte des finales à suspense ? Que nenni. « C’est incomparable, je n’ai pensé à personnes d’autres qu’aux membres et supporters du RCHCC dimanche. D’ailleurs la plus grande joie n’est même pas la victoire en elle-même, mais l’engouement et le plaisir provoqués par ce bouclier. Cette victoire est évidemment celle des joueurs, mais c’est également celle de Michelle Laugier, Olivier Ottombre, Fabien Mahou, tous les membres qui font vivre le club au quotidien. »

 

La fusion fait la force

Mardi, c’est pourtant lui qui se voyait remettre la médaille de l’agglomération Toulon Provence Méditerranée des mains d’Hubert Falco. La raison ? Son investissement à faire des clubs d’Hyères, Carqueiranne et La Crau une seule et même entité. Et s’il est des fusions qui n’aboutissent jamais - on pense évidemment à celle qui devait lier le Stade français au Racing 92 - celle du RCHCC est un modèle de réussite, au point d’en faire le « deuxième club du Var, derrière le RCT », selon Jean-Pierre Giran, maire de la ville d’Hyères. Car s’ils ont longtemps offert des derbys mémorables, les feu-clubs d’Hyères, Carqueiranne et La Crau ne font désormais plus qu’un. Une union initiée en juillet 2000, par le rapprochement entre Hyères et Carqueiranne, conclue en août 2010 par l’arrivée de La Crau. Et si depuis sept ans le RCHCC n’avait pas encore remporté de titre national, c’est désormais chose faite. « Nous avons posé les premières pierres il y a plus de quinze ans. Nous savions alors qu’il faudrait se montrer patients, car tu ne peux pas demander à des joueurs qui se sont arrachés les yeux avec leurs voisins toute leur carrière de jouer ensemble en un claquement de doigts. On a pris notre temps, attendu qu’une génération de joueurs ne connaissent que la fusion et ça paie aujourd’hui », raconte Alain Brenguier. « Désormais nous ne sommes plus jaunes d’Hyères, verts de Carqueiranne ou verts et noirs de La Crau. Nous sommes verts, jaunes et noirs d’Hyères Carqueiranne La Crau.» Alors, quand Jean-Pierre Giran a accueilli joueurs et supporters dans la salle des mariages de sa mairie, le symbole était tout trouvé. Ben Jonson, poète anglais des XVIe et XVIIe siècles affirmait que « le mariage [était] une loterie.» Celui qui lie Hyères, Carqueiranne et La Crau est pour l’instant une réussite. La cuvée 2016/2017 ? Elle laissera une trace indélébile aux différents membres du club. Une trace qu’ils aimeront à se raconter dans les années à venir, et qui demeurera. « Jusqu’à ce que la mort les séparent»...

 

 

Le groupe

Jeudy, Oderda, Poujol, Pallares, Viard, Radevokula, Latapie, Pla, Delarue, Schonenberger, Archimbeau, Ameur, Ghaouti, Seguin, Nemecek, Paoli, Bisciglia (cap.), Alligier, Calais, Lucien, Fernandez Lima, Quinon, Gaskin, Poquet, Haouari, Human, Leguevel, Bouchon, Nehali, Richomme, Toevalu, Darquié, Lacroix, Delpellegrino, Lancelle, Lavocat, Makasialé, Orméa, Martinez, Serra, Miccalef, Colombain.

 

Le staff

Manager général : Grégory Le Corvec

Entraîneur des avants : Patrick Pezery

Entrâineur des trois-quarts : Martin Jagr

 

Le parcours

En phase de poule : premier avec 63 points (13 victoires, 3 défaites, 11 points de bonus et +341 de goal average).

En phase finale : en seizième de finale, victoire à Meyzieu (5-29) et à domicile (92-7) ; en huitième de finale, victoire à Saint Jean en Royans (32-3) et à domicile (55-7) ; en quart de finale, victoire contre Vienne (17-12) ; en demi-finale, victoire contre Orsay (20-17)

En finale : victoire contre Bergerac (12-6).

 

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir