Eddie Jones donne les clés du dernier match entre All Blacks et Lions

  • Eddie Jones donne les clés du dernier match entre All Blacks et Lions
    Eddie Jones donne les clés du dernier match entre All Blacks et Lions
Publié le , mis à jour

A la veille du dernier match entre les Lions et les All Blacks, Eddie Jones livre son sentiment sur les forces en présence. Il donne également son avis d'expert quant à la tournée du XV de France en Afrique du Sud.

Comment est-il possible de battre les All Blacks quand ils ne sont pas réduits à quatorze au bout de vingt-cinq minutes?

Vous devez être vous-même, comme les Lions le sont depuis le début de cette tournée: il faut d'abord être dur à l'impact, agressif et voire plus, s'appuyer sur un jeu au pied précis, pour les faire reculer et, après ça, chasser en meute leur triangle d'attaque. Si contre les All Blacks, vous voulez conserver la balle quinze temps de jeu ey balyaer le terrain d'un côté puis l'autre, ils finiront toujours par récupérer la balle et placer un contre de trente, cinquante ou cent mètres.

 

Est-ce ainsi que les Lions vont s'y prendre pour tenter de remporter le dernier test?

Je pense que Johnny Sexton va davantage jouer au pied que la semaine dernière. Il voudra tester les All Blacks en montant des chandelles: Israel Dagg n'a pas beaucoup joué arrière cette saison et n'a donc que très peu souvent été confronté à ce genre de situation; Jordie Barrett, aussi talentueux soit-il, est extrêmement jeune (20 ans) et devra montrer qu'il peut répondre à la pression que lui imposeront les Lions sur les ballons hauts; quand à Julian Savea, il a toujours préféré avoir les pieds solidement vissés à la terre... La conquête aérienne s'annonce donc très intéressante.

 

Quelle est la plus grande force des All Blacks selon vous?

Leurs courses sont droites et sont toutes exécutées à pleine vitesse. Avec leur corps, les All Blacks frappent d'abord le défenseur adverse et cherchent ensuite le soutien axial. Lors du premier test, les Lions ont au contraire utilisé des courses obliques et se sont fait punir par les plaquages adverses. La course droite, c'est de l'école de rugby.

 

 

Retrouvez la suite de cette interview dans notre édition du jour

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?