Bassin d'Arcachon, un autre regard

  • Bassin d'Arcachon, un autre regard
    Bassin d'Arcachon, un autre regard
Publié le , mis à jour

Appelé tardivement à entrer dans la danse de la Fédérale 1, le RCBA a posé les bases de son nouveau statut.

L’année prochaine, le RCBA contemplera ses 10 ans du haut de la Fédérale 1. Il a fallu pour cela un concours de circonstances et l’invitation de la FFR à compenser plusieurs désistements. Le club s’était préparé à ce saut… par la voie de la phase finale, mais Orthez en a décidé autrement. La décision d’accepter la proposition fédérale « au grattage » ne s’est donc pas prise sans une réflexion en interne. Pour ne rien vous cacher, les présidents Bruno Charbonnier et Didier Carpentey n’étaient pas emballés par la perspective d’une montée par la petite porte. À contrario, entraîneurs et joueurs voulaient absolument vivre cette aventure. La suite, Bruno Charbonnier la raconte : « Nous avons consulté le bureau qui était partagé à cause de notre budget insuffisant de quelques 700 000 €. Ensuite nous sommes allés voir les maires d’Arcachon et La Teste qui nous ont assurés de leur soutien, et la Cobas a doublé sa subvention de 60 000 à 120 000 €. Avec 250 000 € provenant ainsi des institutions nous misons sur un budget de près de 1,1 million. Il y a une vraie ambition affichée par les politiques de bâtir un beau club. » L’élan du RCBA est encouragé par la modernisation de ses infrastructures de la plaine des sports. La commune a investi 1 million d’euros dans la mise aux normes du stade de La Teste qui pourrait prochainement organiser des matchs en nocturne. Les présidents ont finalement mis leur orgueil de côté. Il eut été anormal, c’est vrai, que le club premier de sa poule, classé 6e au niveau national, ne soit pas convié au bal de l’élite amateur.

 

L’image d’un bastion

Alors, Charbonnier et Carpentey ne font plus mystère du projet de jouer le haut du tableau à échéance de trois ans. Le chef d’entreprise Bruno Charbonnier affiche aujourd’hui son optimisme : « Notre recrutement est bon, notre effectif sera de qualité et notre montée nous change la vie. Les sponsors et les joueurs nous regardent différemment. Nous nous sommes forgé une belle réputation de respect de nos promesses et cela se dit. » Le RCBA ne va guère tarder à savoir s’il est en mesure de rivaliser sportivement dans une poule coriace. Le staff composé du manager Vincent Manta, des entraîneurs Philippe Gimbert, Julien Antonin et du préparateur physique Lucas Proux (Christophe Castagné remplace Charles Van Vliet auprès des Espoirs), n’a su que très tard officiellement le changement de statut de l’équipe. Précisément le 6 juin. Le recrutement n’en a guère été facilité mais le retard semble avoir été comblé. Il demeure que les Girondins posent les crampons en Fédérale 1 avec beaucoup d’humilité, et un objectif déjà affirmé : « Nous voulons rester invaincus chez nous. Nous devons créer cette image de place forte. » À l’orée d’une saison qui peut changer l’existence du RCBA, Bruno Charbonnier affiche déjà une première certitude : « Nous allons être des compétiteurs. » Les acteurs du terrain ont les clés.

 

Date de création : 2008

Nombre de licenciés : 500

Plus haut niveau atteint : Fédérale 1

Palmarès : champion de France de F3 2012

Budget : 1,1M €

En 2016-2017 : 1er de la poule 8 de F2 avec 64 points (14 victoires, 1 nul, 3 défaites). Phase finale : 1/16e, à Issoire, vainqueur 23-6, retour, vainqueur 34-15. 1/8e d’accession, A Orthez, battu 15-8 ; retour, vainqueur 23-20, éliminé.

 

Par Gérard Piffeteau

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?