French touch*

  • French touch*
    French touch*
Publié le / Mis à jour le

Les Kiwis ne savent toujours pas qui sont Wesley Fofana ou Louis Picamoles. En revanche, ils connaissent désormais Romain Poite et Jérôme Garcès…

C’est la beauté du sport. Pour un Kiwi assurant que les arbitres français sont tous des voleurs, vous trouverez toujours un lion pour rugir de plaisir à la vue de Jérôme Garcès ou Romain Poite (en photo ci-contre). En expulsant Sonny Bill Williams à Wellington, le premier nommé a ainsi relancé une série de tests que les Blacks auraient pu rapidement enterrer. La semaine dernière, les journaux néo-zélandais n’ont d’ailleurs parlé que de lui… mais sans lui, puisque Garcès a pour le moment refusé de répondre aux diverses sollicitations. Jusqu’à ce que ne débute les Four-Nations, Romain Poite devrait en toute logique connaître un traitement similaire, dans la mesure où le seul contre-pied du « classy frenchman » a suffi samedi dernier à anéantir la plus grande équipe de tous les temps.

De quoi parle-t-on, au juste ? Dans les dernières secondes du dernier test, alors que Liam Williams et Kieran Read luttaient en l’air pour la possession du ballon, l’arrière gallois commettait un en-avant que récupérait, en position de hors-jeu, son compatriote Ken Owens. Après avoir sifflé une pénalité logique et qui aurait pu offrir la victoire aux Blacks, Romain Poite revoyait néanmoins son jugement initial, estimant après visionnage que l’action du talonneur gallois était accidentelle. Bigre ! Alors qu’ils pensaient hériter d’une pénalité en excellente position, les champions du monde se retrouvaient pourvus d’une mêlée ordinaire face à l’une des défenses les plus hermétiques de la planète…

Gatland, trop drôle

Qui a raison ? Qui a tort ? Romain Poite a tort dans le sens où Ken Owens est clairement hors-jeu au moment où il reçoit la balle. D’un autre côté, l’arbitre français a raison dans la mesure où le talonneur gallois ne l’est pas de façon délibérée. « La règle est impossible à suivre, expliquait Steve Hansen à ce sujet, samedi soir. Le temps est donc venu de vulgariser ce point de règlement car il avait déjà été source de polémique lors du dernier Mondial. Les Écossais et les Wallabies pourront témoigner, j’imagine… Quoi qu’il en soit, j’ai appris à l’école de rugby à ne jamais critiquer une décision arbitrale et je resterai fidèle à ce précepte ».

Du côté des Lions, Gatland félicitait quant à lui son capitaine Sam Warburton (sur le terrain, le flanker des Lions a aussitôt demandé à Romain Poite de faire appel à la vidéo) avant de mettre les pieds dans le plat en ces termes : « S’il y avait eu pénalité, elle aurait dû être pour nous. Lorsque Kieran Read saute, il sait très bien qu’il n’attrapera pas la balle et gêne délibérément Liam (Williams, N.D.L.R.). Il y a donc faute ». Ben voyons, Warren !

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir