Guillaume Boussès : « Nous avons perdu le French Flair »

  • Guillaume Boussès : « Nous avons perdu le French Flair »
    Guillaume Boussès : « Nous avons perdu le French Flair »
Publié le , mis à jour

Passé par Toulouse, le Stade français, le Racing et Oyonnax, l’actuel entraîneur du Servette de Genève, Guillaume Boussès, analyse le poste de trois-quart centre et l’évolution du rugby actuel.

Vous avez arrêté votre carrière de joueur en 2016, après 17 années au plus haut niveau. Quel regard portez-vous sur l’évolution du poste de trois-quarts centre ?

D’une façon générale, le rugby évolue négativement. Il évolue médiatiquement et ça devient un sport de gladiateurs. Je suis convaincu que nous allons droit dans le mur en prônant un système basé sur la musculation à 100 %. Aujourd’hui, les joueurs répondent à un employeur qui demande d’être davantage dans une salle de musculation que sur un terrain de rugby et le problème réside aussi ici. Je suis très inquiet de la trajectoire que prend ce sport. Pour le poste de trois-quarts centre, c’est la même logique. Nous avons complètement perdu ce qui nous caractérisait, c’est à dire le « french flair », aujourd’hui il ne reste plus que le « french ». Les trois-quarts centre n’ont plus le droit d’écarter le moindre ballon sur leur aile, il faut sans arrêt aller au défi et ce n’est pas la vision que j’ai de ce poste, nous marchons sur la tête.

À votre époque, vous étiez réputé bon attaquant mais passeur et plutôt «joueur». Aujourd’hui, on retrouve moins ce type de profil…

Disons que j’arrêtais les joueurs mais je n’étais pas réputé pour mes plaquages dévastateurs et c’est peut-être d’ailleurs ce qui m’a empêché d’aller plus haut. Après, pour moi, le rugby est avant tout un jeu et j’ai grandi avec cet esprit du touché donc cette étiquette de joueur passeur, de joueur d’évitement me plaisait. Mais effectivement, le virage que prend le rugby ne favorise pas vraiment ce profil.

Le poste de trois-quarts centre est particulièrement exigeant, où le moindre plaquage manqué peut s’avérer fatal. Quels sont selon-vous, les qualités indispensables pour occuper ce poste ?

La vision du jeu. Le trois-quart centre est le leader de la défense avant tout, mais il doit être aussi un excellent communicant pour ses ailiers. Lorsqu’on évolue à ce poste il faut impérativement savoir jouer sans ballon, pouvoir prendre les portes ouvertes avant de défoncer les portes fermées. C’est un vrai travail d’anticipation et de lecture du jeu. C’est donc un poste qui mélange endurance, vitesse, réactivité et agressivité. Mais évidemment, l’aspect physique joue son rôle car les plaquages sont très fréquents.

Si vous deviez désigner le meilleur trois-quart centre que vous ayez côtoyé, ce serait qui ?

Yannick Jauzion, indéniablement. C’était une référence pour beaucoup de monde d’ailleurs. Il était très dur sur l’homme, très athlétique, très dense et il tombait rarement. Jauzion avait cet avantage physique qui lui permettait de dominer ses adversaires et de pouvoir négocier des situations délicates, qu’elles soient offensives ou défensives. Dans un autre registre, j’aimais beaucoup Lee Stensless (ancien all black qui jouait à Toulouse, N.D.L.R.), qui se déplaçait bien et était typiquement dans un jeu d’évitement. Deux profils très différents mais qui étaient des références à leur poste.

Midi Olympique a réalisé le classement des dix meilleurs trois-quarts centre du championnat, Rémi Lamerat en première place, qu’en pensez-vous ?

Rémi est un bon joueur, qui a la morphologie d’un joueur puissant, qui sait se déplacer mais qui surtout, sait déplacer le ballon. À plusieurs reprises, je l’ai vu tenter des passes difficiles pour faire vivre le ballon et c’est très bien, il faut continuer dans ce sens-là. En plus, Clermont est une équipe qui prône ce jeu de mouvement et je pense qu’il est très bien entouré là-bas. Depuis son arrivée dans l’Auvergne, son jeu a évolué, s’est diversifié et je pense qu’il peut encore progresser. Aussi, il a à ses côtés Damian Penaud, qui est très talentueux et je pense que cette paire de centre peut être une des meilleures en France.

Propos recueillis par Tom Monaci

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?