Dans la ligne de Mémain

  • Dans la ligne de Mémain
    Dans la ligne de Mémain
Publié le , mis à jour

À 33 ans et après quinze saisons passées au club, le deuxième ligne columérain Romain Mémain, rempile pour au moins cette saison encore avec le rôle de guide pour ses jeunes coéquipiers.

Comme tous ses copains rugbymen « à la trentaine bien tassée », Romain Mémain appartient à une caste de joueurs un peu particuliers. Ceux qui sont trop jeunes pour être vieux, mais aussi un peu trop vieux pour être jeunes. Ils sont encore en pleine possession de leurs moyens physiques tout en étant conscients qu’ils sont plus près de la fin de leur carrière que de son commencement. Ainsi va la vie et Romain Mémain prend les choses avec philosophie, lui qui a déjà bien préparé son après-carrière qu’il imagine dans la restauration. En attendant, pour au moins une saison de plus, il est engagé auprès de Colomiers rugby et il entend bien faire valoir sa grande expérience du Pro D2. Son amour du club à la Colombe aussi. Romain, s’il n’est pas le plus âgé de l’effectif, est celui qui compte le plus de saisons sous les couleurs columérine. Il a débarqué un beau matin de 2002, en provenance de Charente-Maritime où il est né et a fait ses premiers pas rugbystiques (à Saujon). Au culot, avec un de ses amis, il était venu passer les tests de détection du l’USC sans même être inscrit sur les listes et après avoir passé la nuit dans sa voiture. Depuis, sa vie s’est articulée autour du club de la banlieue toulousaine, auquel il a voué une fidélité sans bornes. D’abord joueur du centre de formation quand l’USC évoluait en Top 16, il a fait partie des jeunes sur qui le club a pu compter lorsqu’il a fallu se reconstruire, au soir d’une relégation administrative assortie d’une double relégation en 2004.

 

Une aura particulière

Ses seize saisons sous le maillot de l’USC lui confèrent une aura particulière au sein du vestiaire. Il est le guide, le « papa » du groupe, celui vers qui on se confie lorsque l’on a un problème. Son président Alain Carré ne tarit pas d’éloges sur le colosse (1, 97 m pour 110 kg) au grand cœur : « Romain est quelqu’un de foncièrement gentil. Il cherche toujours à arrondir les angles, à aider ceux qui sont dans le besoin. Il est un des relais entre le vestiaire et les dirigeants. C’est un garçon engagé qui essaie de tout faire pour que tout aille toujours bien. Humainement, c’est un modèle de stabilité. Il a une ligne directrice, un belle hygiène de vie pour durer longtemps dans le métier. » Et le président d’évoquer des souvenirs emplis d’émotions vécus avec son joueur : « Tout comme moi, il a tout connu avec ce club. Des moments de joie, des titres et des montées. Des déceptions aussi avec des descentes et des saisons difficiles. J’ai beaucoup d’affection pour lui. On a pleuré ensemble, on est soudés. » Sous contrat jusqu’en juin 2018, Romain est paré pour une nouvelle aventure. Avec dans son sillage toute une équipe de jeunes loups prêts à en découdre pour atteindre leur objectif de finir dans le top 6.

 

Par David Bourniquel

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?