Saint-Priest veut s'étoffer

  • Saint-Priest veut s'étoffer
    Saint-Priest veut s'étoffer
Publié le / Mis à jour le

Après avoir décroché son maintien malgré une avalanche de blessures, Saint-Priest veut se pérenniser en Fédérale 2. Pour y parvenir, le club s’organise autour d’un staff ambitieux.

Après avoir mis son temps pour monter en Fédérale 2, Saint-Priest n’a pas raté le coche en décrochant son maintien. Le club de la banlieue lyonnaise ne l’a pas dû à la bonté fédérale mais bien à ses performances sur le terrain. Pourtant, le début de saison n’avait pas laissé d’inquiéter. Joueur, parfois trop à l’étage inférieur, le club allait-il pouvoir exporter plus haut ses ambitions sur le pré. Surtout, une hécatombe touche ses rangs. Très vite, l’infirmerie s’est remplie avant d’être comble à l’automne, avec dix-neuf blessés, dont sept ruptures des ligaments croisés ! « Sincèrement, nous n’avons pas compris, s’interroge l’entraîneur des trois-quarts, Christophe Tosoni. Nous avons pourtant un super préparateur physique, Yannick Bonifacio. Nous n’avons pas été chanceux. Par exemple, un joueur a été victime d’une fracture ouverte en plein match. J’ai vu de ces trucs ! »

Tomamichel en charge du jeu au pied

Malgré tout, l’équipe est restée compétitive, et aurait pu accrocher quelques matchs de plus. Contre Beaune (15-16), plusieurs pénalités bien placées ont été loupées, à Saint-Savin, l’équipe a mené 15-0, sans parler du match nul concédé à Montmélian (38-38). « Ce n’est pas illogique, relativise le président, Alain Tauleigne. C’est ce qu’on appelle le manque d’expérience. Nous avons bougé beaucoup d’équipes. Mais l’objectif restait le maintien, et il a été atteint. » Cerise sur le gâteau, avec une sacrée revue d’effectif puisque trente-quatre joueurs différents ont été titularisés, à au moins une reprise. « Essayez de trouver un club de Fédérale2 qui a utilisé autant de joueurs », sourit Christophe Tosoni.

L’année prochaine, il faudra également bien chercher pour trouver un club avec un staff aussi étoffé. Suite au départ d’Éric Ballay, un des artisans de la montée en Fédérale 2, le club, sous l’impulsion d’Alain Tauleigne et Christophe Tosoni, a choisi de tenter le pari d’un fonctionnement interne alliant des compétences techniques différentes. Chacun des quatre entraîneurs recrutés pour entraîner aux côtés de Christophe Tosoni et de Justin Fouade, interviendra sur les deux groupes et apportera son éclairage sur un point précis. Devant, Yoann Rey (équipe une) s’occupera de la touche, et Patrick Abedia (réserve) de la mêlée. L’ancien espoir du Lou et Berjallien, Éric Tomamichel (réserve), interviendra sur le jeu au pied et les skills spécifiques à la charnière. Enfin, Emmanuel Calpe (équipe une) s’occupera du mouvement général. Rare en Fédérale 2, le club est convaincu de parvenir à tirer son épingle du jeu grâce à une meilleure répartition des rôles et des compétences à tous les étages. « Personnellement, je ne suis pas fan des grands discours, rappelle Christophe Tosoni. J’ai rêvé de ce fonctionnement et Alain m’a suivi. J’ai hâte d’être sur le terrain. »

Après avoir présenté le fonctionnement aux joueurs le 7 juillet, le staff a retrouvé tout le monde sur le terrain lundi dernier pour une première partie axée sur la préparation physique. Ensuite, il sera temps de se remettre au rugby, et de prouver que même avec peu de moyens, on peut avoir de bonnes idées.

Par Sébastien FIATTE

Digest

Stade Auto Lyonnais Saint-Priest Rugby

Date de création : 1944

Nombre de licenciés : 325

Plus haut niveau atteint : Deuxième Division

Palmarès : champion de France Promotion (1949), champion de France Excellence (1952), champion du Lyonnais Promotion Honneur (2001)

Budget : 300 000 €

En 2016-2017 : Fédérale 2, 7e de la poule 3

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir