Auch: le titre d'un espoir

  • Auch: le titre d'un espoir
    Auch: le titre d'un espoir
Publié le , mis à jour

Les joueurs de Grégory Menkarska et de Patrick Bosque ont offert à un club centenaire aujourd’hui disparu un dernier titre à son palmarès.

Ce dimanche 15 mai, à l’Isle-sur-Vienne, « Auch était certainement moins bon rugbystiquement mais pas collectivement. J’ai vu des Auscitains sur le terrain, toujours prêts à rattraper l’erreur d’un coéquipier, à se sacrifier pour le groupe ». Grégory Menkarska, ancien pilier du club, aujourd’hui entraîneur de la Nationale B avec Patrick Bosque sait de quoi il parle. «Il ne fallait pas jouer dix minutes de plus sinon Massy nous battait. Nous étions tellement fatigués mentalement et physiquement. » Mais les Gersois ont été à l’image de toutes les générations qui ont porté le maillot du FCA : héroïques pour ne pas céder et conserver tant bien que mal leurs trois petits points d’avance. L’aboutissement d’une aventure de trois ans, où cette équipe avait été toujours prometteuse sans pour autant parvenir à conquérir un titre de champion de France. En début de saison, le discours des entraîneurs était clair : « On ne se quittera pas comme ça, pas sans avoir touché un bout de bois car un titre on s’en souviendra encore dans dix, vingt, trente ans. » Alors dans un club à la dérive financièrement, condamné à un enterrement tant de fois redouté, les deux anciens joueurs ont joué sur l’affectif dans une phase finale exceptionnelle avec notamment une demi-finale titanesque face à Nevers. Grégory Menkarska en détaille les secrets: «En demi-finale, nous avons été reçus de manière exceptionnelle par le club de Tulle. Nous étions comme des rois et le président François Hollande est même venu nous saluer et nous souhaiter bonne chance.» Aussi le staff a préparé une vidéo avec des messages d’anciens joueurs du club comme Pierre Aguillon, Antoine Dupont, Alexandre Barozzi. Deux heures avant la finale, c’est un clip d’une demi-heure avec des témoignages des familles des vingt-six joueurs présents dans le groupe que le staff diffusait. Le Bouclier est déjà passé deux fois en réparation, preuve que la fête a été belle malgré des circonstances qui ont marqué les dernières semaines selon Grégory Menkarska : «Ce fut une saison catastrophique pour le club mais cela nous a servi pour arriver jusqu’au titre. »

Nicolas Augot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?