Le futur est dans le pré

  • Le futur est dans le pré
    Le futur est dans le pré
Publié le , mis à jour

Relégué en Première série après une saison ratée, le Racing Club Lavancia-Dortan repart sur de nouvelles bases avec le regard résolument tourné vers l’avant.

L’avantage avec les cauchemars, c’est qu’ils finissent toujours, tôt ou tard, par prendre la poudre d’escampette et laisser place à de meilleures heures. Oui, car cette saison n’a pas vraiment tenu du rêve enivrant pour les joueurs de Lavancia-Épercy qui, après huit mois de galère, entrevoient le bout du tunnel. Sur les 18 matchs qui composaient l’exercice 2016-2017, les Jurassiens n’ont glané que deux succès, en ouverture du championnat face à Culin (7-6) et contre Vénissieux à la mi-novembre (20-18). Un bilan bien trop maigre pour espérer autre chose qu’une descente à l’étage inférieur. La faute à une transition mal négociée et à une accumulation de pépins, selon Corentin Fernandes, deuxième ligne du club : « Nous avons fait face à un certain nombre de départs, qui n’ont pas forcément été comblés donc nous étions en situation de sous-effectif. À cela se sont ajoutées quelques blessures dans le creux de l’hiver, qui nous ont été préjudiciables par la suite puisque nous ne sommes pas parvenus à refaire notre retard. »

 

Révolution de Velours

Quatre ans après l’avoir quitté, le Racing Club Lavancia-Dortan va donc retrouver la Première Série, l’occasion pour la formation au damier de remettre l’église au centre du village. Un comble pour un club qui s’est créé, à l’occasion du tournoi des cinq clochers de Nantua en 1996. Et pour parvenir à cela, le club francomtois pourra notamment compter sur un vent de fraîcheur avec une nouvelle présidence, désormais assurée par l’ancien deuxième ligne de l’US Oyonnax (1979-1993) et membre fondateur du RCLD, Yves Durafour : « Pascal Jantet (premier président du club N.D.L.R) m’a eu par les sentiments, en me demandant de ne pas laisser mourir ce club et puis en la mémoire Lionel Beaudet, un des six fondateurs du club, je me devais d’accepter le challenge. » Le 3 juillet dernier, les Blanc et Noir reprenaient l’entraînement à 38, ce qui est déjà un petit événement. Tout cela avec en ligne de mire, la féroce envie d’effacer cette ombre au tableau et faire de cette 22e saison, celle de la rébellion et de la bonne humeur. Des notions que le nouveau président veut remettre au premier plan : « Lorsque j’ai fait ma première allocution aux joueurs, il me paraissait important de démarrer en leur lisant la définition de « l’esprit d’équipe », pour lancer la saison de la meilleure des manières. Nous allons également créer un comité des sages afin de responsabiliser un maximum l’équipe. Et pour souder encore plus le groupe, je leur ai imposé un barbecue après le dernier entraînement de chaque semaine. » À présent, il ne reste plus qu’à mettre tout ce joli programme en application, afin d’éviter une nouvelle désillusion et engranger immédiatement une dynamique positive. Bien que relégué, le RCLD ne manquera pas de positivisme et d’ambition. Deux valeurs incarnées à la perfection par son homme providentiel : « Le but sera de prendre part aux phases finales dès la prochaine saison, pour créer un engouement autour du club et d’ici trois ans, nous espérons raisonnablement faire remonter Lavancia en Promotion Honneur. » L’opération séduction a bel et bien démarré avec pour objectif premier : redonner au stade Jacques-Jevassu, son inhospitalité d’antan. 

 

Par Tom Monaci

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?