Tours veut frapper un grand coup

  • Tours veut frapper un grand coup
    Tours veut frapper un grand coup
Publié le , mis à jour

Après une saison 2016-2017 terminée en finale sans avoir le droit, pour autant, de monter en fédérale 2, l’US Tours est déterminée à repartir vers un nouveau challenge sportif.

Les années se suivent et se ressemblent pour l’US Tours qui ne pourra pas monter en Fédérale 2 suite à un manquement aux obligations fédérales. Mais pour le président Benoît Sebillet, il est temps de faire table rase et ne plus penser qu’au sportif avec un changement de cap radical pour une remontée sportive en Fédérale 2 en trois ans. C’est toute une équipe qui veut relever le défi, les partenaires les dirigeants et les joueurs sont dans le même bateau. L’aventure au sein de l’US Tours pour le président Benoît Sebillet a commencé en 1973, mais à la demande des joueurs qui appréciaient ses qualités de rassembleur, il a finalement accepté de prendre la tête du club. Depuis une quarantaine d’années, c’est une bonne cinquantaine de dirigeants fidèles et qui n’ont jamais quitté le navire qui accepte encore l’arrivée des anciens joueurs pour rejoindre le projet. Il est vrai que cette saison, le club de rugby tourangeau veut marquer un grand coup à l’occasion de ses 120 ans. Quatrième club français derrière le Havre, le Racing Club de France et le Stade français, l’US Tours n’a jamais déposé le bilan malgré des conditions financières difficiles durant ces vingt dernières années.

120e anniversaire

Pour cette saison, le projet est d’accélérer l’assainissement du club et pourquoi pas solliciter l’aide de la Fédération française de rugby pour une montée en Fédérale 2 si sportivement elle est gagnée sur le terrain. Pour obtenir cette possibilité, l’US Tours est parvenu à rembourser 100 000 € en un an ; avec les dettes effacées par moratoires le club aura plus de chances pour obtenir cette dérogation. On ne peut pas effacer un passif de 20 ans en une seule saison. Cette sanction sportive digérée, tous les joueurs ont accepté de poursuivre l’aventure, avec l’aide de quinze nouvelles arrivées spontanées contre un seul départ, il fait bon de jouer à Tours. Benoît Sébillet est un président heureux du parcours de l’ensemble du club à tous les niveaux. Les bases sont solides mais il faut tout faire pour la formation et embaucher les meilleurs formateurs pour avoir les meilleurs jeunes tout ça dans un but économique et surtout redonner l’amour du maillot. Pour ce 120e anniversaire, une association spécifique temporaire sera créée à l’intérieur du club pour des manifestations ponctuelles. Avec 430 licenciés dont 230 licenciés à l’école de rugby labélisée, l’US Tours peut compter sur 82 seniors pour cette nouvelle saison. Outre l’ambition de faire monter l’équipe fanion, la réserve sera aussi sollicitée pour aller le plus loin possible dans son championnat. Malgré ses 120 ans, la mamie tourangelle se porte bien et va même prendre une cure de jouvence le 28 juillet avec une rencontre de Pro D2 au stade de Tonnellé entre Massy et Vannes qui préparent leur championnat, en attendant dans les années à venir de retrouver ce haut niveau. En dépit de son grand âge, la vieille dame veut encore vibrer, chanter et danser sous les couleurs tango et bleu du maillot tourangeau.

 

Date de création : 1898

Nombre de licenciés : 430

Plus haut niveau atteint : Première division (1997-1998)

Palmarès : champion de France de deuxième division (1997), champion de France de la Promotion Nationale (2001)

Budget : 650 000 euros

En 2016-2017 : finale d’accession de Fédérale 3 (défaite 49-6 contre Périgueux) 

 

Par Jean-Jack MEUNIER

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?