Castres enfin stable

  • Castres enfin stable
    Castres enfin stable
Publié le , mis à jour

Avec un staff inchangé et un groupe relativement stable, castres va enfin pouvoir poursuivre sa marche en avant, et s’inviter encore dans le grand bal des phases finales, voire plus si affinités...

A Castres, on aime travailler dans la sérénité. Prendre le temps de faire les choses correctement, sans heurt ni précipitation et construire sur le long terme. L’année dernière, les Castrais ont réussi à faire mieux que la saison précédente malgré de profonds changements encore intervenus à l’intersaison : « Je pensais que cela irait plus vite, c’est vrai. Mais je n’avais pas prévu de renouveler un tiers de l’effectif la première année puis deux tiers la saison suivante ! » s’exclame Christophe Urios. « Nous avons aussi changé de staff et de jeu, le tout avec cinq semaines de préparation. » Malgré cela, le CO s’est qualifié. Encore. Cette année, les choses sont différentes. Pour la troisième année d’exercice du triumvirat Urios-El Abd-Charrier, ce dernier va enfin pouvoir travailler dans la stabilité tant sur le plan de l’effectif que sur celui du jeu : « La structure de l’effectif est là, le recrutement nous a permis de l’affiner, de le compléter. Aujourd’hui, je suis très satisfait de mon staff, je m’y sens bien. Enfin, sur le plan du jeu, nous allons aller plus loin dans notre projet. »

Projet de jeu participatif et nutrition

En filigrane, on comprend donc qu’à la différence de l’année dernière, le jeu castrais ne connaîtra pas de révolution. Pour autant, cela ne veut pas dire qu’il ne connaîtra pas d’évolution. Des modifications qui seront conjointement prises par le staff et les joueurs, au bout d’un processus d’échange entre les deux parties : « Nous demandons aux joueurs leur vision du jeu qu’ils veulent pratiquer. Ces réunions ne sont pas longues, elles ne durent qu’une demi-heure, mais les joueurs réfléchissent et nous font remonter leurs doléances. L’ensemble de notre projet sera validé lors de notre dernier stage, les 17 et 18 août, juste avant la reprise », explique Urios. Deux autres secteurs vont connaître d’importantes améliorations : l’analyse vidéo et la nutrition. Concernant le premier, le club a investi dans un drone pour filmer ses entraînements par le haut, et une nouvelle caméra va être installée en hauteur sur le terrain du Lévezou, afin d’offrir de meilleures images au staff. Sur le plan nutritionnel, les Castrais sont désormais suivis par un diététicien, et ils partageront au moins deux petits-déjeuners (mardi et jeudi) et deux déjeuners (mardi et vendredi) en commun par semaine : « De cette façon, on améliore le suivi des joueurs, surtout sur la journée du mardi qui est la plus intense », précise Urios.

Le théâtre, l’outil inattendu

Les Castrais ont aussi tout le temps de réfléchir à leurs erreurs passées. à ces manques qui ont fait qu’une fois encore, ils ont buté sur le match de barrage de Top 14 : « à quatre ou cinq reprises dans la saison, nous n’avons pas su gérer la pression et avons perdu des matchs bêtement », pestait Urios, « alors nous avons ajouté cette composante à notre préparation. » Le staff a donc mis son groupe sous pression. Sur le terrain, dans la salle d’entraînement du Lévezou, à Saint-Lary, mais pas seulement. Les Castrais ont été jetés dans un environnement pour le moins inattendu : un théâtre rempli de 500 personnes. En guise de finale à leurs fameuses Olympiades, les Tarnais ont eu pour mission de monter une pièce de théâtre : « Ils devaient tout faire : rédiger le texte, trouver les costumes, imaginer la mise en scène, le tout sur le thème « Tous ensemble les Olympiens » explique le boss du CO. Pour être validée, la pièce devait durer au moins quinze minutes. Une durée déjà conséquente pour des rugbymen qui n’ont aucune expérience des arts scéniques… Résultat ? « Ce fut fantastique. Certaines pièces étaient drôles, d’autres plus touchantes… Mais tout le monde a relevé le défi. Une des pièces a duré 45 minutes. Les mecs se sont mis en danger, et ont su agir ensemble alors qu’ils étaient sous pression. C’est exactement ce que nous recherchions », se félicitait Urios. Le 26 août, le CO lancera sa saison sur la pelouse du Racing 92, champion de France déchu par Clermont et concurrent à la qualification. Un excellent théâtre où l’on pourra vérifier que les Castrais n’ont pas oublié leur texte…

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?