Bayonne repart de plus belle

  • Bayonne repart de plus belle
    Bayonne repart de plus belle
Publié le

Une saison en TOP 14 aura permis à Bayonne de toucher du doigt les effets d’une montée trop rapide. L’Aviron pense au retour dans l’élite mais veut prendre son temps.

L’Aviron avance à pas feutrés. Les ambitions sportives ne s’affichent qu’à l’aune d’un championnat ouvert. Tout sera permis aux six premiers de l’exercice. Alors le président n’aura couché, sur la feuille de route, qu’une exigence : « Être dans les six ! » Pas emballé, Francis Salagoïty par cette nouvelle formule qui ne récompensera pas la régularité d’une équipe. « Je n’y adhère pas, lâche-t-il d’emblée. Le premier devrait mériter la montée directe. Alors, on compte figurer le mieux possible. Avec l’objectif de la qualification, tout en faisant plaisir à nos supporters. Une équipe qui finit sixième aura malgré tout le droit de jouer une finale… Il faudrait créer une compétition où les équipes seraient plus intéressées. On fera avec… » Les Bayonnais ne partent pas dans l’inconnu, eux qui, voici deux ans, sans but fixe, en gardant uniquement leurs cadres, avaient réussi à revenir en Top 14. Aujourd’hui, le retour dans l’élite se voudra réfléchi. Le modèle sportif est totalement remis à plat. « Le contexte n’est pas le même, précise Francis Salagoïty. Ne comparons pas. On va commencer d’abord par prendre du plaisir. On a conservé nos joueurs d’expérience et on a beaucoup de jeunes. La différence est là. On travaille désormais sur l’avenir. Nous voulons créer ce centre de performance pour attirer les meilleurs jeunes de la région. À travers les jeunes que nous allons intégrer, se construira une équipe. On a d’ailleurs 17 contrats espoirs. La différence entre le Top 14 et le Pro D2 est énorme. Depuis que nous avons quitté l’élite en 2011, l’écart s’est creusé tant au niveau des budgets qu’au niveau du jeu. Pour remonter et s’inscrire dans la durée, il faut se structurer. »

 salagoïty adepte du top 16

Car la montée n’est pas la priorité. Bayonne se donne le temps de la préparer. « Si on revient dans l’élite, insiste le président, ce sera pour y rester. Mais on a l’intention tôt ou tard de retrouver le haut de l’affiche. On commence par structurer le sportif autour d’un centre de performance. Il faut aussi faire évoluer Jean-Dauger. Mieux recevoir le public. S’ouvrir au nouveau public, plus jeune, tout en gardant le côté traditionnel de nos supporters. Faire mieux que les 12 ou 13 000 spectateurs de moyenne, l’an passé. Innover aussi. Par exemple, créer des abonnements sur trois ans. Nous avons d’ailleurs fédéré 70 % des abonnés à cette formule. » Bayonne se présentera sur la ligne de départ avec un budget équivalent à celui d’il y a deux ans, en Pro D2. Alors, pas de folie dans le recrutement qui reste modeste, sans grand nom, sans joueur d’envergure. « On a recruté avec les moyens que l’on a ! » Mais l’Aviron a su conserver plusieurs de ses très bons joueurs, excepté Monribot, Chouzenoux, Cittadini, Choirat, Lovobalavu, Le Bourhis. « Ce sera aussi l’année où les jeunes pourront saisir leur chance », complète le président. Le vrai changement se situe au niveau du staff. Avec l’arrivée à la tête du sportif, Pierre Berbizier. « Il est dans la continuité, affirme Francis Salagoïty. On ne voulait pas tout brûler. On voulait conserver Vincent Etcheto pour préserver notre identité. On sait ce qu’il représente. En même temps, il fallait un discours nouveau. Et quelqu’un qui revoit le club transversalement. Si on veut perdurer dans ce monde professionnel, il faut faire évoluer les structures sportives. En cela, Pierre Berbizier est un homme important. » Mais l’Aviron souhaiterait évoluer dans une autre organisation du championnat. Francis Salagoïty, adepte du retour au Top 16, nourrit des regrets quant à sa solitude dans ce combat. « Beaucoup de présidents y sont favorables, poursuit-il. Mais ils ne s’expriment pas. Tout le monde ne dit pas ce qu’il pense. À ce compte-là, il faut s’orienter vers un top 12, 10. L’économie du rugby est dérégulée. Ça durera ce que ça durera… » Le contexte du championnat ne fera toutefois pas baisser les bras aux Bayonnais.

par  Edmond Lataillade

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?