Graulhet change pour exister

  • Graulhet change pour exister
    Graulhet change pour exister
Publié le , mis à jour

Le Sporting, dont la survie en Fédérale 1 ne tient qu’à un fil depuis plusieurs saisons, tentera de rivaliser dans une division toujours plus relevée. Il a de bons arguments à faire valoir…

Le Sporting Club graulhétois entre dans une nouvelle ère. Oh ! Que les amoureux du club se rassurent, ils ne perdront pas leurs repères autour du stade Noël-Pélissou, loin de là. Mais les dirigeants graulhétois, conscients que le salut de leur club en Fédérale 1 passerait par une remise en question profonde ont décidé de prendre le taureau par les cornes et d’insuffler un vent nouveau au sein de le l’institution SCG. En ce sens, le vénérable Sporting Club graulhétois a entamé sa mue en enrôlant Jean-Marc Aué au poste de manager général. Si l’ancien international (une sélection en 1998) est loin d’être un inconnu dans le microcosme du rugby, il a la particularité d’avoir un œil totalement nouveau sur Graulhet et son club. Passé par Castres, Béziers, ou Agen, à Gaillac, même, l’ancien trois-quarts n’est pas un homme du cru graulhétois. Une petite révolution pour le club, habitué à évoluer en « vase clos » avec des hommes qui ont fait son histoire. David Gau, le président, voit l’arrivée de son nouveau manager comme une chance pour son club : « Jean-Marc a beaucoup à nous apporter. Il arrive au SCG avec un regard neuf, beaucoup d’expérience, une rigueur nouvelle et un discours novateur. Surtout, il a su cibler ce qui, pour lui, constituait des éléments susceptibles de freiner notre progression et fera tout pour les faire évoluer. Il a basé ses premiers discours sur l’identité graulhétoise et la nécessité de faire de Noël-Pélissou une citadelle difficile à prendre. »

Un pack plus dense

Une évolution, mais pas une révolution. Jean-Marc Aué sera bel et bien secondé par un enfant du pays, en la personne de Julien Pauthe. « Julien, c’est un garçon de Graulhet, qui connaît les hommes et les rouages du club mieux que quiconque. Le mélange des compétences du duo, entre expérience et fougue, nous a semblé intéressant », prévient le jovial président Gau. Pour nourrir le projet de jeu que les deux techniciens souhaitent mettre en place (il y a, là aussi, de la nouveauté), les dirigeants ont axé leur recrutement sur une densification du huit de devant. Tous les postes du pack se voient renforcés par l’arrivée de nouveaux éléments prometteurs. Malgré des résultats récents globalement décevants, l’arrivée de la nouvelle saison et du « projet Aué-Pauthe » a redonné le sourire aux Graulhétois. David Gau a déjà pu le constater. Le budget du club sera cette saison en légère hausse, avec une augmentation entre 7 et 10 %, permise par l’arrivée de nouveaux partenaires et des efforts supplémentaires de la part des partenaires historiques et « un comité directeur remobilisé ». En ce début août, la préparation bat son plein. Les joueurs s’évertuent à intégrer le nouveau projet de jeu et à parfaire leur physique. L’entame de saison sera capitale. Le 10 septembre, date de la reprise des hostilités, Graulhet ira à Bagnères-de-Bigorre. Le premier grand rendez-vous à Noël-Pélissou aura lieu le 24 septembre, avec la réception de Trélissac. Il ne faudra pas rater la marche mais Graulhet a toutes les cartes en mains pour réussir sa saison. En avant la musique !

 

Date de création : 1910

Nombre de licenciés : 380

Plus haut niveau atteint : Groupe A

Palmarès : champion de France Groupe B (1991), vainqueur de la coupe Moga (1994), vainqueur du championnat des Pyrénées Honneur (1925), vainqueur du championnat des Pyrénées Promotion Honneur (1948)

Budget : un peu plus de 600 000 €

En 2016-2017 : Fédérale 1, 9e de la poule 4

écrit par David Bourniquel

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?