• la deuxième chance de Saint-Yrieix
    la deuxième chance de Saint-Yrieix
Publié le / Modifié le
La vie des clubs

la deuxième chance de Saint-Yrieix

Après une saison difficile, le RCPSY doit son maintien à la réforme des Fédérales. Une chance à saisir pour les Limousins.

Après la pluie, le beau temps ? Les joueurs de Saint-Yrieix-la-Perche aimeraient bien que l’adage se confirme la saison prochaine. Car le moins que l’on puisse dire, c’est que la saison dernière ne fut pas celle espérée. « L’année a été très compliquée. On a eu le bonheur de monter et d’aller loin en phase finale, mais nous avons pris du retard sur la préparation. Nous l’avons payé », explique l’entraîneur Jérôme Filitoga. Malgré cette saison ponctuée par une dernière place et seulement deux victoires, les Arédiens joueront bien de nouveau au quatrième niveau national la saison prochaine, grâce à la réforme du rugby fédéral. En effet les poules de Fédérale 2 passent de dix à douze clubs. Une chance pour l’entraîneur. « Nous avons l’expérience de l’année dernière. Tous les joueurs ont choisi de rester dans cette division. L’encadrement et les présidents ont fait le nécessaire pour être compétitif et se maintenir, en témoigne le recrutement d’un préparateur physique qui suit les joueurs depuis début juillet. »

Nombreux derbys

Pour leur deuxième saison consécutive à ce niveau, les joueurs de Jérôme Filitoga pourront compter sur l’expérience de la saison dernière, mais aussi par un peu de sang frais amenés par quelques nouveaux joueurs, comme l’explique Jérôme Filitoga. « Nous sommes encore en plein recrutement. Nous savons que nous pouvons nous appuyer sur la dizaine de juniors, qui viennent compenser les départs ou les arrêts de certains. »

La saison s’annonce passionnante pour tous les supporters du RCPSY, notamment avec tous les derbys qui vont animer la saison. « Il y en aura trois lors des quatre premières journées, mais un derby, c’est bien quand on est du côté du vainqueur ! » Et tout commencera dès la première journée avec la réception d’Isle-sur-Vienne.

Par Romain Lafon

midi olympique
Réagir