Fekitoa, la nouvelle star du RCT ?

  • Fekitoa, la nouvelle star du RCT ?
    Fekitoa, la nouvelle star du RCT ?
Publié le , mis à jour

Le All Black, recrue de dernière minute, peut être la nouvelle star des lignes arrière toulonnaises. Mourad Boudjellal y croit fort. En Nouvelle-Zélande, on en doute. À lui de jouer.

Mourad Boudjellal a exaucé un de ses plus grands rêves : parvenir à associer deux vedettes all blacks au cœur de son attaque. Ma’a Nonu, deux titres de champion du monde et 103 sélections au compteur, sera rejoint à compter de novembre prochain par son cadet Malakai Fekitoa (25 ans, 24 sélections). Le président du RCT s’en frotte les mains : « Fekitoa est un très, très gros joueur. C’est le genre de dossier que j’adore réaliser, même si c’est de plus en plus difficile. Il coûte plusieurs centaines de milliers d’euros et sera parmi les joueurs les mieux payés du Top 14. » Jusqu’à présent, avec Matt Giteau, Drew Mitchell ou encore Bryan Habana, Mourad Boudjellal a su rentabiliser ses investissements de stars sudistes, au niveau des lignes arrière. Le joueur des Highlanders possède-t-il toutes les qualités requises pour devenir un des meilleurs trois-quarts de notre championnat ? En Nouvelle-Zélande, entre frustration et dépit, la presse a émis des doutes sur son véritable niveau de performance. « Toulon pense avoir recruté un All Black de classe mondiale avec Malakai Fekitoa. Le club français doit même le payer comme une superstar, écrivait récemment Gregor Paul dans le New Zealand Herald. Ce qu’ils ont réellement recruté, c’est un bon joueur aux qualités évidentes. Mais il a de plus en plus été incapable de cacher ou d’éliminer ses faiblesses toutes aussi apparentes. Il y a beaucoup à apprécier chez Fekitoa mais, depuis dix-huit mois, il a induit que quelque chose n’allait pas avec son jeu. »

Nonu en modèle

Valeur montante de la sélection après la Coupe du monde 2015, au cours de laquelle il avait pris part à deux rencontres de poule, le natif de Ha’apai a soudainement rétrogradé dans la hiérarchie, derrière Sonny Bill Williams et Ryan Crotty mais aussi la jeune garde. De successeur de Nonu à réserviste : « L’entraîneur Steve Hansen espérait que Fekitoa comprenne le message. Qu’il travaille pour gagner sa place. C’était un espoir désespéré. La réalité finalement, c’est que Laumape, Lienert-Brown et Goodhue sont de meilleurs joueurs. Mieux équipés pour répondre à toutes les exigences du rôle. C’est un bon joueur du Super Rugby, pas un véritable All Black. »

Avec son explosivité et ses appuis, le centre aux vingt essais en Super Rugby possède incontestablement des qualités physiques au-dessus de la moyenne. Reste à voir s’il parviendra à s’intégrer au système de jeu toulonnais et aux exigences d’un championnat où la stratégie prédomine. Ma’a Nonu, sur une phase ascendante depuis son arrivée en France, doit lui servir de modèle. De Nouvelle-Zélande, le parallèle est établi entre les deux phénomènes : « Nonu, c’était 80 % de magie explosive et 20 % de sauvagerie et d’imprévisibilité. Au fil du temps, il s’est rapproché des 100 % de magie explosive. Un chemin que n’a pas su emprunter Fekitoa. » Sa venue en Top 14 fera office de juge de paix : alors, Malakai Fekitoa, bon ou grand joueur ?

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?