Dax, l'après Daret

  • Dax, l'après Daret
    Dax, l'après Daret
Publié le , mis à jour

Après un maintien obtenu au courage, le club landais devra se réorganiser sans son manager, Jérôme Daret, appelé à la tête du VII de France.

Après presque vingt-cinq ans de club, l’ancien demi de mêlée et international à VII devenu directeur sportif du club, prend la direction de Marcoussis pour veiller au devenir de l’équipe de France à VII. Le technicien landais a tout vécu au club. Comme joueur, il a connu la H Cup, les demi-finales de Top 16 et la première descente en Pro D2. Comme entraîneur, il a connu le Top 14 et a œuvré à la création d’un centre de formation agréé et à la politique d’accompagnement social des jeunes joueurs. Fin 2007, avec départ de Marc Lièvremont (lui aussi pour un poste de sélectionneur, mais celui du XV de France), Jérôme Daret se rapproche des pros. Nommé manager, il y a trois ans, le couteau suisse du club landais accompagne l’arrivée de Raphaël Saint-André et de Patrick Furet. Après deux années de collaboration harmonieuse, son départ pour l’entraînement fédéral modifie l’organigramme du sportif. Le centre de formation est confié à Renaud Dulin et à Raphaël Saint-André, prend les fonctions de directeur sportif.

Un groupe homogène

Le frère de l’ancien sélectionneur commente le départ du technicien landais. « Avec Patrick, nous sommes arrivés dans un contexte particulier. Le club était en position de descendre en Fédérale 1. L’accession de Lille refusée, nous avons été maintenus en Pro D2 au début du mois de septembre. Avec 22 départs et 19 arrivées, il a fallu construire un groupe dans la difficulté. Avec Jérôme, nous avons mis en place un projet sportif qui tient compte des moyens limités du club. Deux ans après, le travail commence à porter ses fruits. Je souhaite m’inscrire dans ce même projet… » Il n’y aura donc pas de « révolution Saint-André »… Le nouveau technicien en chef précise : « en termes de management, tout en gardant les mêmes bases, je vais amener ma patte »… Ces dernières années, de jeunes joueurs formés au club se montrent à leur avantage. Avec l’impossibilité de rivaliser financièrement, l’US Dax voit ses meilleurs éléments quitter le club. « Le challenge est toujours plus excitant à relever. Avec l’inflation des budgets des autres clubs et le niveau en perpétuelle progression, il nous faut faire plus avec moins que les autres… » Contrairement à une formule vieille de plus de dix ans, cette année, le calendrier de Pro D2 prévoit des blocs de six matchs consécutifs. Les effectifs vont être mis à rude épreuve. On peut imaginer que celui des Dacquois sera en « flux tendu ». Pour autant, le manager voit arriver cette nouvelle édition avec beaucoup d’enthousiasme. « Nous progressons chaque saison. Avec 11 victoires la première année, 13 la suivante, notre objectif est d’atteindre les 14 succès cette saison… » Malgré les départs de joueurs cadres, le groupe est resté homogène. « Nous avons ciblé sur un recrutement chirurgical, qui devrait nous amener de la fraîcheur… Il est vrai qu’avec 10 millions d’euros de budget, la donne serait différente. Nous faisons avec les moyens du club. L’US Dax devra compter sur toutes ses forces vives pour relever ce nouveau défi. C’est notre salut… Il faut fédérer les bonnes volontés et amener de l’optimisme… »

La volonté du nouveau responsable du sportif est bel et bien de continuer à faire progresser un groupe né dans la difficulté. L’intégration de recrues en manque de temps de jeu et celle des jeunes joueurs issus de cette fameuse formation à la dacquoise pourrait amener des nouvelles solutions… « Sportivement, nous héritons d’une histoire et d’une méthode. Mon but est d’entretenir cette dynamique, tout en trouvant des leviers supplémentaires. Une chose est sûre, notre groupe est et sera compétitif. Comme les autres équipes, nous serons confrontés aux aléas et aux blessures. Avec un peu de chance, si notre ossature reste sur pied, l’éclosion des jeunes talents sera facilitée. Et si cela est le cas, je vous annonce qu’il faudra compter avec l’US Dax cette saison ! ».

Par Laurent Travini

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?