Coup double pour Boulogne-sur-Gesse

  • Coup double pour Boulogne-sur-Gesse
    Coup double pour Boulogne-sur-Gesse
Publié le

Titré l’an dernier en Quatrième Série, Boulogne a confirmé à l’étage supérieur face à son rival pyrénéen, Mazères-d’Ariège. La saison est plus que réussie sur le plan sportif.

En 1992 et 1993, Leucate avait échoué près du but. Plus près dans le temps, les Parisiens de XO en 2015 et 2016 avaient également manqué le coche. Là où les Audois et Parisiens ont failli, Boulogne–sur-Gesse l’a fait. C’est-à-dire réaliser le doublé national en Quatrième et Troisième Série. Une sacrée performance pour un club qui était en sommeil il y a encore une paire d’année. « L’an dernier, fait remarquer le coprésident Pascal Niolet, nous avons été comblés en empochant le titre de Quatrième Série. En début de saison, au sein du bureau, nous avions en interne le désir de faire aussi bien que la saison précédente. Nous avons fait en sorte de relever le défi tout en faisant preuve de discrétion. » Pour ce faire, les trente dirigeants boulonnais ont bien travaillé en étoffant le budget et l’effectif (largement supérieur au niveau supérieur de la Troisième Série). En championnat territorial, lors de la phase qualificative, l’armée verte commingeoise a copieusement dominé son sujet en récoltant seize victoires officielles pour seulement, deux sorties de route face à Saint-Jean-du- Falga (17-14) et Mazères (15-14) (l’adversaire de la finale nationale le 16 juin à Saint-Girons). Le 30 avril dernier, c’est en toute logique que les Commingeois se sont retrouvés en finale régionale au stade Ernest- Wallon face aux Ariégeois de Saint-Jean-du-Falga. Ce rendez-vous toulousain qui devait être une apothéose, vira finalement au cauchemar pour les hommes des présidents Cabailh et Niolet. Le costume de favori était finalement trop grand pour les Boulonnais. « Nous avons disputé ce jour-là notre plus mauvais match de la saison. Saint-Jean– du-Falga a maîtrisé son sujet à la perfection. Leur succès était logique. Je ne vous cache pas que le retour à Boulogne fut morose. Nous étions déçus. Cette défaite a touché l’orgueil des joueurs et de l’entraîneur. Tout le monde souhaitait se racheter lors du championnat de France », soutient Pascal Niolet.

Projet de fusion

Avant d’arriver à cette mémorable journée du 16 juin à Saint-Girons où la botte des frères Othal terrassa les Ariégeois de Mazères, le chemin qui mène au titre ne fut pas celui d’un long fleuve tranquille. « La finale fut très indécise. Mazères pouvait aussi bien s’imposer en fin de match. En huitième, Herm fut un adversaire très coriace. En quart de finale, Arcangues nous a posé de nombreux problèmes. L’expérience du groupe a fait la différence », résume le coprésident. Quant à l’avenir, l’USB a un nouveau désir, pas forcément celui d’un bouclier national, mais celui de la compétition midi-pyrénéenne au sein du prochain championnat de Deuxième Série. À ce jour, les Commingeois restent sur une série de quatre revers consécutifs depuis la saison 2013. Il est grand temps de conjurer ce mauvais sort. Et sur le plus long terme, le club a un projet de fusion afin de pérenniser son identité. Dans ce coin du Comminges, il se murmure que Masseube, Castelnau-Magnoac pourrait s’allier aux Boulonnais.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?