Hosea Gear l'orange mécanique

  • Hosea Gear l'orange mécanique
    Hosea Gear l'orange mécanique
Publié le

même vieillissant, l’ex all black Hosea Gear demeure une étoile de ce jeu. le rcnm attend beaucoup de lui.

Attention, machine à marquer ! Hosea Gear, 14 sélections chez les Blacks, foulera donc la pelouse du Parc des Sports et de l’Amitié de Narbonne cette saison, et il y fera ses premiers pas en match officiel dès vendredi soir. Voilà bien la preuve que le championnat de Pro D2 a passé ces dernières saisons un cap majeur en termes d’attractivité. Les Narbonnais, eux, continuent d’exploiter à plein la filière all black, comme ce fut déjà le cas avec le regretté Jerry Collins, Neemia Tialata ou Piri Weepu. Avec l’arrivée de Gear et de son compatriote, l’ouvreur Stephen Brett, le RCNM frappe un grand coup qui doit lui permettre de prendre une autre dimension, tant sportive que médiatique. Reste à savoir comment la star Hosea Gear va s’adapter à la rudesse du Pro D2. La bombe de Gisborne découvrira vendredi soir le deuxième niveau français, une compétition qu’il ne connaît pas encore. Depuis 2013 et son arrivée sur le sol hexagonal, le Top 14 était son terrain d’expression favori. Passé par Toulouse, Clermont et Lyon, Hosea Gear a, à 33 ans, dû se résoudre à tomber d’un échelon sportif mais se promet de devenir l’une des nouvelles coqueluches du Pro D2. Motivé à l’idée de rejoindre le club qui a fait confiance à Jerry Collins, il n’a pas hésité à franchir le pas. Quelques discussions avec Stephen Brett ont fini de le convaincre. Sa puissance, ses énormes qualités physiques, de vitesse et d’appuis devraient rapidement faire monter sa cote dans les travées du Parc des Sports et de l’Amitié

 Besoin de stabilité familiale

Humble et simple, le joueur compte surtout faire profiter le club de son passif et de sa connaissance du très haut niveau : « Le challenge sportif était très important pour moi, je voulais rester dans le rugby. je suis très content de rejoindre le Pro D2. Narbonne est une ville magnifique et son club ne l’est pas moins. » Au moment de signer son contrat à Narbonne, l’ailier supersonique s’est assuré que sa famille ait un cadre de vie stable dans l’Aude, près de lui. « Lorsque j’évoluais à Lyon, ma famille vivait à Clermont-Ferrand. Cette situation n’était pas facile à supporter… » Blessé par l’éloignement, ses performances s’en sont ressenties. Au final, le nom du joueur a été couché sur seulement neuf feuilles de match lors de son passage à Lyon. Armé de son nouveau fer de lance (et de ses quatorze autres recrues), Narbonne entend bien débuter sa saison par une victoire face au dernier finaliste du championnat. Après un exercice décevant en 2016-2017, les hommes de Christian Labit semblent en mesure de se mêler à la lutte pour le haut du tableau même si, par humilité ou par superstition, personne au club n’en parlera.

Pzr David Bourniquel

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?