Départ capital pour Soyaux-Angoulême

  • Départ capital pour Soyaux-Angoulême
    Départ capital pour Soyaux-Angoulême
Publié le , mis à jour

Soyaux-Angoulême ne veux pas manquer son entame de championnat. Avec deux réceptions consécutives, les joueurs  ont l’opportunité de bien lancer leur saison.

C’est reparti pour un marathon de trente matchs et comme la saison passée, le départ va conditionner beaucoup de choses. D’autant plus que les hommes du duo Laïrle-Ladauge vont recevoir quatre fois (Nevers, Dax, Biarritz et Aurillac) pour deux déplacements (Vannes et Colomiers) lors des six premières rencontres. Cette entame de championnat, même si elle ne sera en rien rédhibitoire, revêt quand même une grande importance. On se souvient que la saison dernière l’excellent départ des Angoumoisins leur avait permis de pointer à la cinquième place à la fin des matchs allers. Pour ce faire, les partenaires de Kevin Le Guen ont repris le chemin du stade mi-juin et l’effectif au complet s’est retrouvé début juillet avant de partir en stage a pour peaufiner la cohésion. Trois matchs amicaux face à Carcassonne, Agen et Pau ont permis aux Charentais de travailler les automatismes et face à Pau, ils ont véritablement montré de belles choses. Le genre de prestation à rééditer ce vendredi soir.

Une préparation satisfaisante

Le manager général Julien Laïrle et l’entraîneur des lignes arrière Rémy Ladauge sont satisfaits de la préparation. « Physiquement on est bien, constate Julien Laïrle. Pierre Sagot est satisfait. On a construit un groupe avec les nouveaux arrivants et les matchs amicaux, malgré les défaites, ont permis de souder le groupe. L’osmose est créée même si le plus difficile a été l’intégration. La seconde mi-temps face à Pau nous a permis de partir en congés pendant une semaine avec des certitudes. » Et puis poursuit Rémy Ladauge, « le recrutement a été basé sur deux axes. Le nombre de Jiff (jeunes joueurs issus de la formation, N.D.L.R.) car on doit en aligner en moyenne quatorze par feuille de match et puis sur une logique de qualité et de quantité notamment grâce au centre de formation ». « Maintenant, explique-t-il, les effectifs de Pro D2 sont de plus en plus denses mais il y a encore la place pour des équipes bien préparées. À ce point de vue, je pense que l’on est armé. » Les Charentais vont donc ouvrir le bal contre Nevers, promu cette année, mais qui arrive avec des ambitions. « Pour nous, considère Julien Laïrle, c’est un match comme un autre. Mais je pense que Nevers est un faux promu avec son budget et l’objectif annoncé (dix premières places). Mais peu importe. Nous, on a hâte de retrouver notre public et de se faire du bien à la tête. Le championnat va être très serré sachant que tout le monde peut gagner partout mais aussi y perdre. » La grosse différence par rapport à l’an passé, c’est que le SAXV a un an d’expérience. « La saison dernière, expliquent les coachs, on s’est construit au fil du temps. Cette année, le groupe est bâti d’entrée avec des bases solides en conquête. » Reste à montrer aux joueurs de la Nièvre qu’ici c’est Chanzy. Le public charentais est impatient de retrouver ses joueurs et de les porter comme il l’a tout au long de la saison dernière. Et même si les infrastuctures n’ont pas évolué, et c’est un dous euphémisme que de le dire, le stade sera plein ce soir.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?