Béziers sauve les apparences

  • Béziers sauve les apparences
    Béziers sauve les apparences
Publié le

L’ASBH, longtemps malmenée, s’impose dans la douleur face à Vannes et réussit ainsi son entrée en matière à la Méditerranée. Les Bretons repartent avec un bonus défensif décroché sur la sirène, largement mérité.

Le résumé

L’entame de match canon de Vannes, symbolisée par l’essai de Duplenne et les dix longueurs d’avance acquises par les Bretons avant le premier quart-d’heure, laissaient présager le meilleur. Un trompe l’œil. Après ces premières minutes de rêve, Vannes s’éteint et Béziers se réveille timidement. Le rythme du match retombe alors subitement et les premières averses n’arrangent pas les choses. D’abord inexistants en défense et bousculés sur tous les points de rencontre, les Biterrois retrouvent un visage conquérant devant en misant sur un jeu simple. Et profitent de l’indiscipline adverse pour refaire leur retard grâce à la botte de Munro. Menés d’un point à la pause, les hommes du duo Aucagne/Gérard limitent les dégâts au terme d’un premier acte insipide.

Le second acte est beaucoup plus accroché, indécis et le niveau d’engagement monte d’un cran. Les deux équipes profitent chacune leur tour des infériorités numériques. Et au terme d’un chassé-croisé haletant c’est l’ASBH, intouchable dans le money-time, qui s’impose. Vannes décroche le bonus défensif sur la sirène !

Le tournant du match

Une histoire de cartons jaunes. Alors que les Vannetais venaient de passer leurs premières infériorités numériques (carton jaune Vosawai) sans encaisser de point, ils vont payer cash leur second carton jaune. Alors que Vosawai revient sur le pré, c’est Jones qui quitte le terrain et dans la foulée, Béziers inscrit son premier essai par Barrère. L’ASBH prend pour la première fois les commandes de la rencontre. Mais dix minutes plus tard, c’est Manukula qui reçoit un jaune pour une répétition de fautes en mêlée et Vannes repasse devant au score grâce à un essai de pénalité. Insuffisant cependant pour triompher car l’ASBH va faire la différence à quinze contre quinze en fin de rencontre.

L’essai du match

Jean-Baptiste Peyras-Loustalet s’envole et Sabri Gmir conclut. Alors que Béziers vient de reprendre un point d’avance au tableau d’affichage grâce à une pénalité de Suchier, Gmir porte le coup fatal aux Bretons. Suite à une chandelle mal réceptionnée par Vannes, Peyras-Loustalet profite d’un en-avant pour contrer. L’arrière s’échappe sur trente mètres le long de la ligne de touche et retrouve Gmir intérieur. Démarqué, l’ailier Tunisien n’a plus qu’à accélérer avant de plonger au centre de l’en-but. L’essai de la victoire.

L’homme du match

Jean-Baptiste Barrère change la donne. Remplaçant au coup d’envoi, le flanker entre à la pause à la place du capitaine Ramoneda blessé. Et dès ses premiers ballons, l’ancien Palois blessé toute la saison passée, fait des différences. Sur chacune de ses charges, il envoie valser les défenseurs bretons pour avancer à l’impact. Déterminant, il change le visage de son équipe et marque même le premier essai rouge et bleu derrière un maul. Quelle entrée !

Par Julien LOUIS

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?