Les nouveaux combats d'Albi

  • Les nouveaux combats d'Albi
    Les nouveaux combats d'Albi
Publié le , mis à jour

Fraîchement relégué en Fédérale 1 élite, le SC Albi ne fait pas de mystères sur ses intentions : remonter chez les professionnels dans les plus brefs délais !

«Remonter : retrouver l’endroit d’où l’on est descendu. » Le slogan s’affiche en « quatre par trois », aux quatre coins de la préfecture tarnaise. Le SCA a décidé d’assumer son statut et de ne pas se cacher. Oui, le club a connu une saison noire, oui, il a quitté le Pro D2 et le niveau professionnel. Mais l’heure n’est pas (plus) au fatalisme. La relégation est digérée, une nouvelle ère s’ouvre. L’onde de choc de la descente a touché plus loin que le simple secteur sportif : de nombreux départs de joueurs ont été enregistrés durant l’intersaison, un nouveau staff a été nommé et Jean-Jacques Castanet, l’emblématique président du SCA depuis six saisons, a pris un peu du recul (il gère désormais les relations du club avec les instances du rugby français) et a été remplacé par Alain Roumegoux. Les nouvelles bases posées, les relations avec le comité d’animation des supporters assainies grâce à la volonté des deux parties et au travail de Julien Raynaud (ancien capitaine contraint de stopper sa carrière et spécialement mandaté pour s’occuper de ce dossier), toutes les conditions semblent réunies pour que le club tarnais réussisse son objectif : retrouver le Pro D2. Et si possible, dès cette saison.

 

Classe biberon 

À l’aube de ce nouvel exercice capital, un homme cristallise l’attention. Arnaud Mela, le nouveau manager du club, hérite d’une mission difficile pour sa première expérience en tant que technicien. L’ancien deuxième ligne de Brive, devenu international alors qu’il portait fièrement les couleurs d’Albi sous l’ère Béchu, sera chargé d’instiller à son équipe toutes les vertus qui transpiraient de sa carrière de joueur : travail, vaillance, humilité, combat. Un quatuor de valeurs essentielles au rugby et peut-être encore plus importantes dans cette Fédérale 1 poule élite qui s’annonce très relevée. Le jeune technicien sera épaulé par Kévin Boulogne, un ancien coéquipier qui connaît bien lui aussi les rouages de la maison jaune et noire. Jérémy Wanin viendra compléter le trio d’entraîneurs. Au niveau de l’effectif, le club a connu un grand exode avec une vingtaine de départs. Mais il a réussi à conserver des joueurs cadres des saisons passées. Mathieu André, Mathieu Peluchon, Romain Barthélémy et Bastien Dedieu ont eu le courage de rester dans le navire quand il prenait l’eau. Ils seront les garants de l’histoire du club et joueront les intermédiaires avec la nouvelle génération. Le recrutement, fruit du réseau d’Arnaud Mela et de ses acolytes techniciens, est jeune et prometteur. Parmi les recrues, seuls quelques « loups de mer » tels que William Whetton, Patrick Toetu, Benjamin Caminati ou Romain Casals sont nés avant 1990. Pour les autres, c’est classe biberon avec une moyenne d’âge autour de 23 ans. Les trois premières journées de championnat seront capitales et permettront d’y voir plus clair quant au potentiel de cette équipe albigeoise nouvelle formule. Les joueurs du SCA devront négocier un déplacement délicat à Chambéry, terre de leur ancien entraîneur Benjamin Bagate ; après quoi ils recevront deux fois : Limoges, puis Bourg-en-Bresse. Tout un programme qui en dira déjà long sur les ambitions que pourront nourrir les Albigeois.

 

Par David Bourniquel

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?