Toulon, la soif de titres

  • Toulon, la soif de titres
    Toulon, la soif de titres
Publié le

Le Top 14 s'ouvre dans très exactement 2 jours. C'est le moment ou jamais de faire un tour d'horizon des différents clubs... Jour après jour, voici pourquoi cette édition 2017/2018 du Top 14 promet du spectacle, et pourquoi il faudra absolument être au rendez-vous...

Pourquoi suivre Toulon ?

Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, une chose est sûre, le Rugby Club Toulonnais ne laisse certainement pas indifférent. Entre les sorties médiatiques de son truculent président Mourad Boudjellal, les stars mondiales qu'il aime recruter et son nouvel entraîneur Fabien Galthié, le RCT entend bien retrouver sa suprématie d'il y a trois ans.

Souvent critiqués et montrés du doigt pour leur propension à user du défi physique, au détriment d'un jeu aéré, les Toulonnais ont bien l'intention de faire taire leurs détracteurs. Le recrutement parle pour eux : Ashton, Fekitoa, Pietersen, Bonneval, autant de joueurs venus renforcer les lignes arrières. Redoutables finisseurs, passeurs de génie ou véritables perforateurs, tout les spécialistes s'accordent à dire que Toulon ne s'est pas armé pour démolir des épaules mais bel et bien pour proposer un jeu léché, juste, à mille lieues de ce qu'on avait pu observer l'an passé. Il faut dire qu'avec trois entraîneurs en un an, les joueurs s'étaient contentés d'être forts sur les fondamentaux, pragmatiques à l'extrême au point de rejoindre le finale du Top 14. Sous la houlette de Fabien Galthié, les Varois risquent fort de prendre une nouvelle dimension, ou du moins d'être beaucoup plus complets dans leur jeu. Avec à la baguette les jeunes Méric et Belleau, ou l'expérience de la paire Tillous-Borde / Trinh-Duc, les Varois ne manquent pas de joueurs de talent pour faire le lien entre une ligne de trois quart plus que joueuse, et un paquet d'avant programmé pour dominer ses homologues, avec notamment le renfort de l'Argentin Facundo Isa. Rien que du très solide, en somme...

Les joueurs à suivre : Chris Ashton et Malakai Fekitoa

Le premier nous vient d'outre-manche. Aussi connu pour ses plongeons spectaculaires que pour ses qualités de finisseur, nul doute que Chris Ashton fera encore parler de lui. Si l'international anglais fait partie de ces joueurs talentueux que l'on adore détester, gageons que le public toulonnais ne tardera pas à l'adopter, et les défenses adverses le redouter.

Surtout qu'à ses côtés évoluera Malakai Fekitoa. Brillant pour chacune de ses apparitions lors de la tournée des Lions Britanniques et Irlandais avec la Nouvelle-Zélande, le centre kiwi avait défrayé la chronique en signant au RCT. Si les médias du pays au long nuage blanc n'en faisaient pas la meilleure recrue du club varois, il n'en reste pas moins que ses qualités athlétiques feront la joie de Toulon cette année.

À la rencontre... d'Anthony Belleau

Encensé après son drop victorieux face à La Rochelle en demi-finale, Anthony Belleau avait ensuite fait le dos rond après la défaite en finale, quand Mourad Boudjellal avait souligné l'importance d'avoir un buteur régulier dans son équipe. Mais loin d'accuser son jeune ouvreur, il en voulait plutôt au staff des Lions Britanniques et Irlandais qui l'avait privé d'Halfpenny, dont il s'est séparé depuis. Ce faisant, il a renouvelé sa confiance envers l'ancien agenais, qui est finalement resté au club. Bourreau de travail, cet amoureux du rugby déjà international en moins de vingt ans représente l'un des plus grands espoirs tricolores du poste. Avec l'expérience de François Trinh-Duc à ses côtés, nul doute que le jeune ouvreur ne pourra que s'améliorer et pourquoi pas briguer une place de titulaire.

Par Rémy Doutre

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?