Montpellier : Le jour d’après

  • Montpellier : Le jour d’après
    Montpellier : Le jour d’après
Publié le

Première sortie officielle pour le MHR de Vern Cotter face à Agen. Le début d’une nouvelle histoire que le colosse fidjien Nemani Nadolo, enfin apte, attend avec impatience.

Vous êtes frustrés de rugby de mouvement après avoir passé plus de deux saisons à regarder les « démolition men » de Jake White ? Et frémissez déjà à l’idée de voir les virtuoses de Vern Cotter en action ? Patience ! Ce rêve, qui devrait bientôt devenir une habitude, ne sera encore samedi qu’une promesse. L’ancien sélectionneur de l’Écosse en est conscient : « Nous ne sommes pas prêts. Il y a un peu de retard après six semaines de travail basées en grande partie sur la préparation physique. […] Samedi, ce sera donc avant tout une question de cohésion, de choses simples et bien faites. Car notre tâche s’annonce difficile face à Agen. Mais je sens déjà une grosse envie dans le groupe de démarrer le Top 14 à la maison. »

Un frémissement, une excitation, brillant au fond des yeux malicieux du géant Nemani Nadolo, qui commence à tourner comme un lion en cage selon Cotter : « C’était très difficile de retenir un mec aussi gaillard avant qu’il ait le feu vert des neurologues pour reprendre le contact suite à ses commotions cérébrales (la troisième en un an survenue face au Racing 92 le 20 mai, trois mois d’arrêt. Autorisation reçue lundi, N.D.L.R.). À mon avis il est prêt. Et avec ses caractéristiques et son expérience, il peut débloquer individuellement des situations contre Agen, même si notre visée première est d’être efficace collectivement. »

Physique affiné…

Avec dix-sept essais marqués l’an dernier, Nemani Nadolo s’est imposé comme la nouvelle arme fatale des Cistes, capable de faire des différences à tout moment. Des débuts tonitruants, qui ne sont pour lui que des « préliminaires » : « J’ai fait deux ou trois trucs pas mal, mais je me sentais tout de même fatigué. Cette année, je vais pouvoir donner plus, et en faire plus. J’ai l’esprit libéré par rapport à mes commotions passées, car ma reprise avec contacts a été parfaite cette semaine. Je n’ai aucune séquelle, ni appréhension, car ces K.-O. n’étaient dus qu’à la malchance selon moi. Je suis très excité pour samedi ! »

Une confiance affichée découlant d’une forme physique retrouvée cet été. Arrivé en surpoids, l’international fidjien (26 sélections) a énormément travaillé pour perdre près de dix kilos et se rapprocher de son meilleur niveau : « C’est ma première vraie intersaison en deux ans, et je peux affirmer être en meilleure forme que quand je suis arrivé ici. Je suppose qu’on verra très bientôt ce que ça donne ! Je suis revenu à un poids normal (environ 135 kg, N.D.L.R.), car j’ai été discipliné lors de ces cinq semaines. Et tant mieux, car avec le style de jeu que veut apporter Vern, il faut être en forme pour pouvoir courir constamment. Très en forme ! »

La différence la plus frappante avec les méthodes de son prédécesseur (White, N.D.L.R.) selon l’ailier : « Vern veut des athlètes et un rythme de jeu élevé. Le changement majeur est donc notre forme actuelle, qui nous a peut-être un peu manqué l’année dernière où nous n’avions pas 80 minutes dans les jambes. Avec le même groupe, nous devrions être plus mobiles cette saison. »

Vitesse accrue

Et cela tombe bien, car la vitesse du jeu promet cette année d’être à terme beaucoup plus élevée : « Pour certains d’entre nous c’est le style que nous aimons. Un jeu rapide et audacieux. Avec Aaron (Cruden, N.D.L.R.) qui va jouer à l’ouverture, et son expérience du Super Rugby, on va tenter de jouer avec de la vitesse, est c’est vraiment excitant. » Le grand jour est déjà arrivé. Et samedi, les Montpelliérains devraient déjà ressentir les bienfaits amenés par la charnière supersonique, Cruden/Paillaugue : « J’ai joué plusieurs fois contre Aaron quand il était aux Chiefs et moi aux Crusaders, son expérience et son style vont faire des merveilles ici. Il va placer la barre haut, à tout le monde de l’accompagner et d’être à la même page, car nous avons le potentiel pour faire des dégâts. »

Face à Agen, le MHR de Nemani Nadolo veut lever d’entrée le voile sur ses objectifs élevés. En marchant dans les pas de son géant îlien, pour décrocher un premier succès vital et d’emmagasiner ainsi de la confiance : « Mon premier objectif est de toucher plus de ballons, de m’impliquer d’avantage dans le jeu. Pour l’équipe, il s’agit absolument de bien démarrer samedi, avant d’élever notre rythme par la suite. Nous avons vraiment beaucoup de joueurs de classe mondiale et on n’aura donc aucune excuse ! » Le prix de l’ambition.

Par Julien LOUIS

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?