Le LOU est-il bon à l’export ?

  • Le LOU est-il bon à l’export ?
    Le LOU est-il bon à l’export ?
Publié le , mis à jour

Trop fragiles la saison dernière hors de ses bases, les Rhodaniens souhaitent désormais franchir un cap. dès l’ouverture du championnat ?

Ce n’est pas aux vieux singes que l’on apprend à faire la grmace. S’il est longtemps resté dans les clous de la qualification l’an dernier, ce n’est certainement pas en raison du cruel revers concédé à Gerland face à la jeune garde asémiste (20-23) que le Lou ne s’est pas invité à la table des barrages. Mais bien en raison d’un bilan à l’extérieur bien trop famélique, marqué d’une seule victoire à Castres (17-16) et d’un match nul à Bayonne (22-22). Un constat que Frédéric Michalak n’a évidemment pas éludé lundi lors de la sempiternelle conférence de presse d’avant-saison de la LNR. « C’est à l’extérieur que nous avons péché l’an dernier, confiait le meilleur réalisateur de l’histoire du XV de France. On est passé très très près de la victoire à quelques reprises, à Montpellier ou Clermont par exemple. On aurait alors pu rêver des six premières places. Mais ça reste des si… On espère surtout que les joueurs venus nous renforcer vont apporter ce qui nous a manqué. » Un leitmotiv qui n’a jamais quitté l’esprit des Lyonnais tout au long de la préparation, pensée dans cet objectif, avec des matchs systématiquement disputés à l’extérieur, à Brive et Toulon notamment. La récente victoire obtenue à Mayol (17-14) ayant achevé de convaincre les Lyonnais des bienfaits de leur démarche, qui doit maintenant se retranscrire dans le cadre autrement plus rugueux du championnat. « Nous n’avons pas non plus surclassé Toulon, calmait le manager Pierre Mignoni. En revanche, nous avons répondu aux attentes, qui étaient de se tester contre une grosse équipe à l’extérieur. Il n’y avait pas nécessité de tempérer ce résultat, car ce n’était qu’un match à balles à blanc… Maintenant, par contre, on évoluera à balles réelles. »

À balles réelles

Et cela dès ce premier rendez-vous de la saison à Paris, dans le cadre d’un stade Jean-Bouin que l’on sait traditionnellement peu hostile, qui plus est au mois d’août, face à une équipe qui a opéré une mue générale au niveau de sa direction, de son encadrement et de son squad à l’intersaison. Le cadre idéal pour entamer la saison de la meilleure des manières ? Sur le papier et d’un point de vue d’observateur neutre, la logique reviendrait évidemment à le penser. Mais pour un compétiteur, plus au fait des choses du terrain ? On ne clame évidemment rien… « On ne se pose pas 10 000 questions, soufflait Mignoni. Toutes les semaines, on va se jeter dans la bataille, à commencer par ce déplacement à Paris face à un Stade français qui demeure constellé de joueurs de très haut niveau. » Alors, advienne que pourra…

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?