Grenoble s’est fait très peur !

  • Grenoble s’est fait très peur !
    Grenoble s’est fait très peur !
Publié le , mis à jour

Jusqu’à la dernière seconde, les Grenoblois ont vu leur deuxième succès de la saison contesté par de surprenants Massicois (26-22). L’essentiel est sauf, même s’il faudra faire bien mieux à l’avenir...

LE MATCH

Si les deux équipes boxent cette saison dans la même catégorie, on ne saurait oublier qu’il y a quelques mois encore, deux divisions séparaient les Grenoblois des Massicois. Voilà pourquoi, au vu du large roulement opéré par les Franciliens après leur victoire la semaine dernière à Carcassonne, on imaginait de la part des locaux quelque chose comme un cavalier seul. Les dix premières minutes de la partie , d’ailleurs, semblaient aller dans ce sens… Et puis ? Il y eut – encore – de nombreuses maladresses, quelques échecs au pied de David Mélé, un brin de nonchalance, pour ne pas dire de suffisance… Le cocktail idéal, au vrai, pour permettre à de vaillants massicois d’imprimer leur rythme à la partie, laissant les Grenoblois aussi frustrés qu’en panne de solutions devant l’agressive défense de leurs adversaires. Il fallut ainsi pour ces derniers passer par une série de mêlées conquérantes afin de forcer la décision, avant qu’un essai en force de Fabien Alexandre à la conclusion d’une pénaltouche (58e) n’offre aux siens un écart décisif. Las pour les Alpins, deux réalisations signées Clément Ancely puis Christophe Desassis virent les priveer du bonus, et surtout leur causer des sueurs froides jusqu’à la dernière seconde, une fin de match rallongée (logiquement…) par M. Mallet et un ultime ballon sauvé par Latorre. Les Massicois se consolant néanmoins avec un point de bonus défensif des plus mérités !

LE TOURNANT

Que serait-il advenu, alors que le score était seulement de 7-0 en faveur du FCG, si les Massicois étaient parvenus à égaliser durant leur temps fort ? On ne le saura fichtre jamais… Grâce doit en être rendue à Lolagi Visinia, auteur en position de dernier défenseur d’un superbe plaquage sur Mendes assorti d’une récupération de balle immédiate, à cinq mètres de sa ligne d’en-but. Une énorme occasion manquée par les Massicois suivie cinq minutes plus tard par un joli contre derrière un ballon cafouillé par Setephano, qui ne leur rapporta qu’une petite pénalité sous les poteaux. Et une bien maigre récompense, après dix minutes de totale domination...

L’ACTION

On venait à peine d’attaquer la seconde mi-temps, lorsqu’un superbe « plaquage chaise » de François Uys sur son vis-à-vis permit au FCG de bénéficier d’une mêlée à l’entrée des 22 mètres massicois. Le moment choisi par Dewald Senekal pour lancer dans la mêlée le vieux guerrier Dayna Edwards, l’homme qui tient la mêlée grenobloise depuis bientôt dix ans ! Et pour quel dégât ! Une poussée de quinze mètres assortie d’une pénalité, qui incita les coashs adverse à changer leurs deux piliers, ainsi qu’à intégrer un deuxième ligne frais sur le flanc droit. Mais rien n’y fit. Trois mêlées et deux pénalités plus tard, David Mélé s’écroulait dans l’en-but après un superbe travail de ses avants. Et évidemment de Dayna Edwards en particulier, à qui cette réalisation synonyme de premier break (19-8) doit beaucoup.

L’HOMME

Déjà excellent la semaine dernière à Dax, Fabien Alexandre s’est une fois de plus comporté en fer de lance de son équipe. Au sein d’un effectif peu expérimenté et parfois un brin tendre, l’emblématique troisième ligne a comme d’habitude apporté sa fougue dans tous les secteurs du combat, ainsi qu’en touche où il a considérablement contrarié l’alignement massicois. Logiquement récompensé par un essai symbolique (qui aurait dû être celui du bonus offensif...) inscrit en force après un ballon porté, Alexandre s’est tout bonnement comporté en exemple en indiquant la voie à suivre à ses partenaires. Jusqu’à gratter cet ultime ballon synonyme de victoire, à la dernière minute, alors que les Franciliens faisaient le forcing dans les 22 mètres alpins…

Les étoiles

 *** Alexandre

** Taumalolo, Hayes, Uys ; Ancely

* Cordin, Guillemin, Taufa, Setephano, Edwards ; Gorcioaia, Cazac, Mendes, Bitunyata

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?