Un Racing au deux visages

  • Un Racing au deux visages
    Un Racing au deux visages
Publié le , mis à jour

Malmenés par Castres en première-mi-temps, les Racingmen l'emportent finalement 25-21. Les changements du staff francilien auront changé le cours du match.

Le résumé :

Il faisait beau et chaud en région parisienne pour ce premier week-end de Top 14. Toutes les conditions étaient réunies pour avoir du beau spectacle. Et bien en première mi-temps, ce sont les Castrais qui l'ont fait. Privant de ballon les Racingmen, les hommes de Christophe Urios menaient logiquement à la pause 18-10, malgré huit points oubliés au pied par Urdapilleta et Kockott. Un score bien payé donc pour des Franciliens attentistes à l'image du deuxième essai d'Armand Battle. Les coéquipiers de Dimitri Szarzewski auront attendus la fin du premier acte pour réagir par Anthony Tuitavake. Le centre néo-zélandais est à la conclusion d'une contre-attaque initiée par Juan Imhoff avant que Dan Carter ne serve son compatriote qui élimine Benjamin Urdapilleta d'un raffut.

La réaction des hommes du duo Travers-Labit était forcément attendue en seconde mi-temps. Dès le retour des vestiaires c'est une nouvelle charnière qui est sur le terrain. Teddy Iribaren et Albert Vulivuli remplacent Xavier Chauveau et Rémi Talès, faisant glisser Dan Carter du centre à l'ouverture. Des changements qui impactent d'entrée le jeu francilien, avec des séquences de jeu que l'on n'avait pas encore vu. Dans le sillage de Teddy Iribaren, les Racingmen reviennent à trois petits points des Tarnais (18-21). Après une nouvelle longue séquence dans les 22 mères castrais à trois minutes du terme, Chouzenoux tombe au sol mais parvient à faire jouer derrière lui pour Nakarawa, qui avant de sortir en touche sert Louis Dupichot qui n'a plus qu'à plonger en terre promise. Le Racing passe devant et l'emporte 25-21. Le CO se contentera du bonus défensif.

Le fait du match :

Le carton jaune d'Anthony Jelonch, à la 73ème minute, pour un plaquage haut sur Dan Carter aura coûté cher aux Castrais. Alors que les Tarnais menaient de trois petits points, ils encaissent un essai en infériorité numérique et sont menés pour la première fois du match. Au plus mauvais des moments...

L'essai du match :

Armand Battle avait des jambes de feu à Colombes. L'ancien grenoblois s'est offert un doublé en une demi-heure. Le premier à la conclusion d'une action collective, il élimine sur sa vitesse le pilier adverse, Vasil Kakovin. Le deuxième au terme d'un raid solitaire. Il récupère le ballon sur ses 40 mètres avant de s'infiltrer dans la défense francilienne. Personne n'est en mesure de l'arrêter et l'ailier castrais s'en va inscrire entre les poteaux un essai qui ressemble énormément à celui qu'il avait inscrit en match de préparation contre Agen.

Le joueur du match :

Teddy Iribaren aura changé le visage du Racing. De part ses prises d'initiatives et ses coups d'oeil, l'ancien briviste a éclairé le jeu des siens. Symbole du renouveau francilien : l'essai inscrit par Juan Imhoff. Une action menée à la perfection par Teddy Iribaren. Derrière ses avants à cinq mètres de l'en-but pour commencer, puis d'un coup de pied malicieux dans le dos des défenseurs castrais, le demi de mêlée offre l'essai à son ailier argentin.

Les meilleurs :

Iribaren, Palu, Chouzenoux, Rokocoko, Nakarawa au Racing ; Battle, Vaipulu à Castres.

Par Romain Lafon

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?