Les Blacks Ferns s'offrent leur cinquième titre mondial!

  • Les Blacks Ferns s'offrent leur cinquième titre mondial!
    Les Blacks Ferns s'offrent leur cinquième titre mondial!
Publié le , mis à jour

Au terme d'un match à couper le souffle, et face à de vaillantes Anglaises, les Néo-Zélandaises ramènent leur cinquième mondial au pays du long nuage blanc. 

Le résumé :

Si d'aucun doutaient encore du niveau du rugby féminin, gageons que la finale Angleterre – Nouvelle-Zélande aura mis tout le monde d'accord. D'une justesse technique à montrer dans toutes les écoles de rugby et d'une intensité rare, l'affrontement entre les deux meilleures nations du monde a tenu toutes ses promesses.

D'entrée les Anglaises donnent le ton de la partie en investissant le camp des kiwis. Après 10 phases de jeu, le cuir finira sa course en touche mais qu'importe : la Nouvelle-Zélande semble enfin avoir trouvé une adversaire à se mesure. Aussi les Blacks Ferns mettent-elles la main sur l'ovale et Maclean, d'une merveille de diagonale depuis la ligne médiane, sert son arrière Winiata qui file en terre promise (0-5, 9ème). Mal récompensées de leur débauche d'énergie, les Anglaises repartent de l'avant et Scarratt en profite pour ouvrir le compteur des Red Roses à la faveur d'une pénalité au quart d'heure de jeu. Les deux équipes se rendent coup pour coup, à tel point que Sarah Goss, numéro 7 rugueuse des Black Ferns, se voit prier de refroidir ses ardeurs dix minutes. En supériorité numérique les Anglaises en profitent pour enfoncer leurs homologues sur une mêlée à 5 mètres et marquer leur premier essai (10-5, 25ème). Avant de récidiver cinq minutes plus tard par l'intermédiaire de Lydia Thompson. Les Black Ferns envoient Natua enfoncer les lignes anglaises et réduire le score : 17-10 à la mi-temps en faveur des championnes du monde 2014.

Un second acte à sens unique

De retour des citrons, les Néo-Zélandaises démarrent pied au plancher, et cette même Natua récidive à la 44ème, permettant à Cocksedge d'égaliser en transformant son deuxième essai de la partie (17-17). Les Anglaises contiennent tant bien que mal la furia des Black Ferns, s'appuyant sur une Emilie Scarrat de gala qui profite de l'indiscipline des Néo-Zélandaises pour donner un peu d'air aux siennes (20-17, 50ème).

Il faut attendre la 53ème minute pour que les Black Ferns reprennent la tête du match, par l'intermédiaire de Charmaine Smith qui vient s'échouer sur le poteaux. Cocksedge transforme, et les Néo-Zélandaises virent en tête sur le score de 24-20.

C'était sans compter sur Lydia Thompson, qui déborde Waaka et toute la défense néo-zélandaise pour pointer pour la deuxième fois de la soirée dans l'en-but kiwi, à peine une minute après (25-24, 55ème). À l'heure de jeu, Natua y va de son troisième essai, et redonne un avantage au planchot que les Black Ferns ne perdront plus. Au terme d'une orgie de jeu et d'une pluie d'essais, les Néo-Zélandaises s'adjugent leur cinquième couronne sur le score de 41 à 32.

Le fait du match : le troisième essai de Natua

Alors qu'on assiste à un chassé-croisé entre les deux équipes, Natua vient sceller le sort des Anglaises en les contraignant à marquer deux fois si elles veulent reprendre la tête. Débordées, les Anglaises ne pourront pas les rattraper.

La joueuse du match : Toka Natua

Marquer trosi essais en finale de Coupe du monde est déjà un exploit en soi. Mais lorsque c'est une pilier qui le réalise, il n'y a plus qu'à apprécier l'événement à sa juste valeur.

Les meilleures

Nouvelle-Zélande : Natua, Cocksedge, Faamausili, Winiata.

Angleterre : Scarrat, Thompson.

Par Rémy DOUTRE

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?