Grenoble : parole à la défense

  • Grenoble : parole à la défense
    Grenoble : parole à la défense
Publié le , mis à jour

Victorieux à deux reprises depuis le début de la saison, le FCG ne s’est toutefois pas encore pleinement rassuré quant à son assise défensive, point faible de ses dernières saisons.

Qu’a-t-il manqué au FCG pour se faire un peu moins peur et obtenir au moins un bonus offensif lors des deux premières journées ? De marquer un essai supplémentaire, diront certains, et d’être capable de tuer un match lorsqu’il doit l’être. Mais peut-être également d’éviter d’en encaisser certains autres, notamment lors de cette étouffante fin de match contre Massy où les Isérois ont vu ressurgir certains spectres de la saison dernière. Des fantômes qu’il s’agit désormais d’exorciser au plus vite, au vu du copieux programme qui attend désormais les Rouge et Bleu… « Le système est nouveau, les joueurs sont nouveaux, donc c’est encore loin d’être parfait, constate avec lucidité Cyril Villain, devenu à l’intersaison responsable de la défense iséroise. Il faut qu’on travaille encore sur cette culture de la défense qui n’était pas vraiment la nôtre la saison dernière. » Plus mauvaise défense du Top 14 l’an dernier, Grenoble doit en effet remonter au 29 novembre 2015 pour trouver trace d’un match lors duquel il n’a pas encaissé d’essai ! C’était un soir de défaite à domicile contre Paris (21-19) due à un récital au pied de Jules Plisson… Preuve s’il en est de l’urgence de retrouver une solidité dans ce secteur s’il souhaite se hisser au niveau des attentes placées en lui, le FCG ayant sur ses deux premiers matchs fait preuve d’une inconstance qui aurait pu lui jouer des tours encore plus pendables. « Autant à Dax nous avons plutôt été en difficulté sur le début du match, autant c’est sur la fin que nous avons péché contre Massy, souligne Villain. Ce qui est sûr, c’est que l’on manque encore de constance en général, pas seulement en défense. On est capable de faire de bonnes choses, mais il faudra très vite arrêter d’être branché sur courant alternatif et maintenir un certain niveau de qualité sur toute la longueur d’un match. »

villain : « encore des manques individuels et collectifs »

Pour cela ? C’est en premier lieu le secteur de la défense après jeu au pied qui a été ciblée, les Grenoblois ayant du ml à imposer une pression lorsqu’ils se séparent du ballon, à l’image du contre de 100 mètres marqué par Massy après une touche non trouvée par Adrien Latorre. « Nous avions déjà été en difficulté sur ces phases-là lors des matchs amicaux, confirme Villain. Là encore, on constate du mieux, même s’il faut reconnaître qu’on a encore vu des manques aussi bien individuels que collectifs la semaine dernière. » Lesquels doivent parfois aux initiatives individuelles de la « Pacific Connexion » des lignes arrières, dont la fâcheuse tendance à préférer le beau carton au respect de la ligne peut parfois causer bien des ennuis. « Ce sont des joueurs qui sont très forts sur l’homme mais ont parfois un peu plus de mal à défendre collectivement, sourit l’entraîneur de la défense. Après, c’est un tempérament qui me plaît. Il faut juste qu’on arrive à bien travailler tous ensemble pour que ces qualités bénéficient au collectif, car pour qu’une défense soit efficace, les quinze joueurs doivent être au fait de la même chose au même moment. Mais ça, c’est mon boulot : faire coller les tempéraments et la culture de tout le monde pour la meilleure efficacité du collectif. » Éléments de réponse attendus ce soir, face à la toujours aussi joueuse et redoutable équipe de Mont-de-Marsan…

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?