Vannes, retour au bercail

  • Vannes, retour au bercail
    Vannes, retour au bercail
Publié le , mis à jour

En raison de travaux au stade de la Rabine, le RCV a dû entamer le championnat par deux matchs à l’extérieur. Ce soir, les Bretons retrouveront leur public, l’un des plus fidèles de Pro D2.

Mi-juillet, au milieu de leur préparation, les Vannetais se languissaient déjà de retrouver leur stade de la Rabine. Le dernier match devant leurs supporters remonte à presque quatre mois, il leur avait offert le maintien contre Bourgoin. À l’entraînement cette semaine, le capitaine Clément Payen ne pouvait retenir un sourire traduisant un mélange d’impatience et d’excitation : « On a vraiment hâte d’y être. On sait qu’on est soutenu par tout un peuple. Même si le public ne fera pas tout, dans les temps durs il nous aidera à rester dans le match. » Attention à ce que ce premier match à domicile tant attendu ne devienne un enjeu psychologique trop fort prévient Wilfrid Lahaye, entraîneur des trois-quarts : « Le soutien de la Rabine sera primordial, mais ça peut être aussi une pression supplémentaire pour les joueurs, ils représentent une région. »

Contre Angoulême, dans son jardin tapissé d’une nouvelle pelouse hybride, le RC Vannes tentera de décrocher son premier succès de la saison. Si les deux premiers matchs à l’extérieur contre Béziers et Nevers laissent quelques regrets, les Bretons ont limité la casse en arrachant deux points de bonus défensifs qui seront peut-être décisifs en fin de saison. « Ce qui a été intéressant, c’est le caractère des joueurs, l’état d’esprit pour arracher le bonus défensif dans le money time sur ces deux rencontres », retient l’entraîneur adjoint.

Défense haute et agressive

Chez eux, les Vannetais n’auront plus d’excuse. Séduisante sur ses deux dernières prestations, l’équipe de Jean-Noël Spitzer a cependant manqué de constance à chaque fois. « Contre Angoulême, il faudra qu’on parvienne à avoir la possession et marquer sur nos temps forts, prévient Wilfrid Lahaye. Il faut qu’on arrive à maintenir notre stratégie de jeu sur 80 minutes. À Nevers la semaine dernière, on fait une bonne première période, mais ensuite on a un véritable trou d’air pendant vingt minutes à la sortie des vestiaires. »

Les deux premières journées ont permis à l’équipe vannetaise de jauger les points forts de leur future adversaire : une défense haute et agressive ainsi qu’une capacité de conquête, impulsée par une mêlée efficace et un jeu au pied cohérent permettant une alternance intéressante dans la profondeur. Dans le staff, la contre-performance angoumoisine vendredi dernier est perçue comme une difficulté supplémentaire : « Les joueurs d’Angoulême auront certainement une réaction d’orgueil car ils ont perdu contre Dax la semaine dernière, ce qui n’était pas pronostiqué. Ils vont devoir rattraper à l’extérieur ces points perdus, c’est une obligation pour eux. » Défaite impensable pour Angoulême, victoire presque impérative pour Vannes si les Bretons ne veulent pas prendre trop de retard dans la course au maintien.

Par Stanislas VIGNON

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?