• Gaillac mise sur la jeunesse
    Gaillac mise sur la jeunesse
Publié le / Modifié le
Rugby à XIII

Gaillac mise sur la jeunesse

Loin de la course à l’armement qui frappe le rugby amateur, les Tarnais de Gaillac continuent leur bonhomme de chemin en mettant l’accent sur la formation.

Pas question d’entrer dans la danse. Contrairement à d’autres équipes, les Gaillacois ne veulent -ni ne peuvent- jouer le jeu de la surenchère et recruter à tour de bras des ex-gloires issues des championnats professionnels désireux de venir s’offrir un dernier défi aux frais de la princesse. Avec moins de 400 000 euros dans la bourse, pas question de faire des folies qui pourraient mettre en péril la pérennité du club. Mais à défaut de liquidité, les Gaillacois ont des idées et un réservoir de gamins doués à exploiter. L’UAGR a donc décidé de s’investir à fond dans la « filière jeune ». La saison 2017-2018 va voir éclore une cellule de formation, dirigée par Damien Cransac, technicien triplement champion de France aux commandes de la section féminine du club. Le jeune homme aura pour mission de détecter les gamins les plus prometteurs, aidés en cela par les éducateurs de toutes les catégories d’âge, et d’en tirer in fine la quintessence rugbystique. Pour ces joueurs « élites », deux séances de travail supplémentaires par semaine seront au programme avec, parfois, la venue d’intervenants spécialisés. L’idée, bien entendu, est de servir de réservoir à l’équipe première qui ne peut, on l’a vu, se permettre de recruter des joueurs très expérimentés.

Toujours plus de rythme

Le salut du l’UAGR passera donc par sa jeunesse. Jérôme Arru, l’emblématique entraîneur aux côtés de Philippe Garrigues, prendra un peu de recul avec le terrain. S’il portera toujours un regard attentif à l’entraînement des avants, il laissera une grande part du travail sur le terrain à Julien Reynier, ex-capitaine de l’équipe reconverti entraîneur du pack. Jérôme Arru, lui, devient manager et occupera un rôle transversal dans le suivi des joueurs et dans la mise en place du plan de jeu global du club, véritable identité de l’UAGR. Des cadets à l’équipe fanion, Gaillac fera du Gaillac ! Les Vignerons entendent bien rester fidèles à leurs principes immuables. Pour battre cette équipe, il faudra aimer courir : « Nous voulons déplacer le ballon, mettre de la vitesse et du volume. C’est vraiment notre identité », pose Jérôme Arru. Pour parvenir à mettre ce rythme en place, le travail physique de présaison a été entamé dès le mois de juin. Un nouveau préparateur physique vient agrandir le staff, en la personne de Sylvain Lachaux. Il travaillera aux côtés de Rémy Aliaga et Cédric Squassina. Aujourd’hui, tous les voyants sont au vert sur le pré du stade Bernard-Laporte. Les dernières saisons ont toutes été satisfaisantes du point de vue des résultats sportifs. Jérôme Arru et son staff espèrent bien continuer à jouer les trouble-fêtes dans une division toujours plus relevée. « Douze clubs, mais seulement quatre qualifiés. Accrocher un des accessits sera difficile, mais pas impossible. Toutes les équipes ont beaucoup recruté et le niveau augmente », glisse le néomanager. Les jeunes poussent et on a hâte de voir les fruits de leur rugby.

Crédit photo : facebook UAGR

Par David BOURNIQUEL

midi olympique
Réagir