Rillieux : pour continuer à grandir

  • Rillieux : pour continuer à grandir
    Rillieux : pour continuer à grandir
Publié le , mis à jour

Rillieux veut confirmer sa première qualification pour les phases finales de Fédérale 3 : avec un nouveau staff et de nombreux renforts, il paraît en avoir les moyens tout en s’appuyant sur une de ses forces, sa formation.

Après avoir goûté pour la première fois aux phases finales de Fédérale 3 la saison dernière, les Rilliards espèrent remettre ça au printemps prochain. Pour y parvenir, ils ont changé de staff. Ils ont également recruté une quinzaine de joueurs. Beaucoup sont rompus aux joutes aux niveau supérieurs, à l’image du troisième ligne, Mathieu Gicollet, transfuge de Saint-Genis-Laval, qu’il a aidé à accéder à l’étage supérieur la saison dernière, après des passages à Saint-Etienne (Pro D2) et l’Asvel (Villeurbanne, Fédérale 2). Des anciens Villeurbannais, il y a en cinq qui arrivent à l’intersaison. Ils retrouveront le demi de mêlée, Arthur Millot, et son frère, Antoine, reconverti préparateur physique et entraîneur des skills pour les trois-quarts. Tout ce beau monde évoluera sous la direction de deux jeunes entraîneurs, Alexandre Verri (38 ans) et Rudi Figuères (36 ans), qui entraînaient la saison dernière l’équipe réserve de Mâcon, et qui succèdent à Jean-Michel Delorme et Pierre Cachet. Depuis la fin du championnat et une élimination contre Saint-Marcel-L’Isle-d’Abeau, tout le monde apprend à se découvrir. Et depuis le début du mois d’août, les choses sérieuses ont repris. « Nous sommes en Fédérale 3 aussi nous nous adaptons aux congés de chacun, souffle Alexandre Verri. Nous essayons d’avancer au maximum malgré les contraintes. »

pérénniser l’équipe en fédérale 3

Après un galop d’échauffement réussi contre les espoirs de Vienne le week-end dernier (40-15), les Rilliards devraient être dans le dur ce week-end, face au Creusot (Fédérale 2), renforcé par de nombreux… Mâconnais. « Je connais la moitié de l’équipe », sourit Alexandre Verri. Le lendemain, un deuxième match est organisé contre l’Arcol (Ecully). « Samedi, on va essayer de mettre notre jeu en place, et pour on verra le comportement des joueurs dans la difficulté. Dimanche, ce sera la B qui jouera. Mais rien n’est figé, le but est de voir le plus de joueurs possibles. » L’objectif sera également de pérenniser l’équipe en Fédérale 3, elle qui a longtemps été habitué à enchaîner les allers et retours en Honneur. Et de faire mieux que la saison dernière. La première qualification du club avait été un peu tempéré par un début de saison calamiteux (4 défaites, 1 nul pour commencer), et une élimination sèche contre un voisin du Lyonnais. Associée au Lou en cadets, appuyée sur une des plus belles écoles de rugby du Rhône, Rillieux a de belles cartes en mai pour jouer un rôle dans l’agglomération lyonnaise, à côté de ses voisins de Fédérale 1 (Asvel), ou Fédérale 2 (Saint-Priest, Meyzieu). « On ne va pas s’enflammer, rappelle Alexandre Verri. Il faut que les choses prennent. Mais nous espérons que le projet permettra de dynamiser le club et aidera les jeunes à intégrer l’équipe première. »

Par Sébastien FIATTE

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?