Le cavalier seul d'Aurillac

  • Le cavalier seul d'Aurillac
    Le cavalier seul d'Aurillac
Publié le

Les Aurillacois ont parfaitement rempli leur mission avec une victoire sans appel 41-10 face à des Audois trop tendres.

La réception de Carcassonne ressemblait déjà à un petit tournant pour les Aurillacois. Un deuxième revers à domicile aurait été mal venu, mal perçu même. Et parce qu'il a considéré que sa présence sur le bord de la pelouse était importante, André Bester a mis les pieds sur Jean-Alric, lui qui, d'habitude, prend place en tribunes. Relation de cause à effet ou pas, les Aurillacois montrent les dents tout de suite. Juste le temps d'ajuster deux trois réglages... et la déferlante rouge et bleu s'abat sur Carcassonne. Aurillac maître du ballon et du jeu qui va envoyer quatre fois les siens à dame. Trois fois avec la touche comme rampe de lancement et Waqaliva(8), Briatte (20e) et Sharikadze (28e) pour conclure. Puis sur une relance de McPhee depuis ses 30 mètres, avant d'aller conclure lui-même après plusieurs temps de jeu (34e). De la belle ouvrage d'autant que Carcassonne n'a mis les pieds dans les 22 locaux, ballon en mains, qu'à la 38e. Insuffisant pour prétendre à quoi que ce soit à ce moment là. Et la début de la seconde mi-temps ne va pas arranger les choses. Premier mouvement aurillacois et nouvel essai. Lilomaiava et Waqaliva s'amusent dans la défense depuis les 22 aurillacois. Une relance de 80 mètres pour un essai en bout de ligne de Roussel (42e). Carcassonne ne trouvera finalement l'ouverture qu'en fin de match par Castant (76e). 41-10, un score lourd mais qui reflète bien la rencontre tant Aurillac a dominé les débats.

L'essai du match : Jack McPhee

Sur une action aurillacoise avortée dans les 40 audois, Carcassonne tente un contre au pied. À défaut d'avoir pu reprendre le ballon à la main, c'est McPhee qui va relancer depuis ses 30 mètres. L'arrière aurillacois ouvre alors une séquence à plusieurs temps de jeu avant de conclure lui-même, 60 mètres plus loin, et sous les perches.

L'homme du match : Jone Waqaliva

Au four et au moulin durant tout le match, le jeune ailier en provenance de l'UBB a inscrit un essai et est pour beaucoup sur deux autres. Performant en attaque, mais également en défense où il n'a pas donné sa part au chien..

Par Jean-Marc Authié

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?