Perpignan en mode diesel

  • Perpignan en mode diesel
    Perpignan en mode diesel
Publié le

Mené dès la troisième minute de jeu par Nevers, l'USAP a fini par renverser la vapeur et remporte une victoire bonifiée 35-19.

Qu’il fût douloureux cet après-Colomiers. Encore groguis par leur cruelle défaite en Haute-Garonne, les Catalans ont peiné face au promu Nevers ce vendredi soir. Cueillis à froid par un essai précoce de Loïc Le Gal dès la troisième minute, les Catalans ont trainé leur retard tout au long du premier acte. Fragilisés par une indisciplinés trop présente et le pragmatisme de l’USON. Le pied de Mathieu Bélie et de Loïc Le Gal ont permis aux leurs de rester devant de faire douter les Catalans. La suite ? Un match à la toute autre physionomie : Derrière une possession et une occupation monopolisées par les hommes de Christian Lanta, l’Usap a fait cavalier seul durant le second acte. Au total ? Un cinglant 24-0 encaissé par l’Uson au retour des vestiaires. Malgré quelques approximations encore symptomatiques, Perpignan a passé trois autres essais. Chateau un peu chanceux (48e), avant deux essais de Pujol (72e) et Cocagi (77e) libérateurs. Les Sang et Or empochent un bonus offensif devenu inespéré après la première période. Nevers n’a pas à rougir.

 

L’essai : Loïc Le Gal (2e)

Il est venu refroidir les 8538 spectateurs d’Aimé-Giral dès l’entame de match. Sur une première offensive a priori anodine dans le camp catalan, les trois-quarts de l’USON ont affiché d’emblée un état d’esprit sans complexe. Jeu au large, passes sautées, décalages : Tous les ingrédients étaient réunis pour surprendre en bout de ligne des Catalans encore stoïques. Loïc Le Gal a conclu sans trop de résistance un essai qui a longtemps fait la différence. Le début des doutes pour les Catalans, qui ont mis quarante minutes à s’en remettre.

Le tournant : Le changement de charnière

Amorphes, imprécis, approximatifs, l’attaque catalane a peiné face au promu. Très loin du festival offensif et de l’excellence d’il y a deux semaines contre Bayonne. La défaite de Colomiers encore douloureuse et les multiples changements opérés dans le XV de départ ont eu raison du jeu bien huilé de Perpignan. Peu avant l’heure de jeu, le changement charnière et le jeu plus direct dicté par Tom Ecochard et Jacques-Louis Potgieter ont fait plié le vaillant rideau défensif de l’Uson.

Le joueur : Christophe André

En difficultés ces deux dernières saisons. Mis à mal par un temps de jeu faible et des genoux capricieux, le flanker Christophe André honorait sa première titularisation de la saison à Aimé-Giral ce vendredi. Le puissance troisième ligne « a su trouver sa place au milieu de ce jeu direct » a apprécié le coach Patrick Arlettaz.

par Emilien Vicens 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?