Lyon confirme

  • Lyon confirme
    Lyon confirme
Publié le

Tenu en échec à la pause, Lyon a su se montrer patient pour l'emporter logiquement 29-14 après une deuxième période à sens unique.

Pas vache la pluie s'est arrêtée pour laisser les officiels couper le ruban rouge inaugurant le Matmut Gerland refait pendant l'été. Mais le mal était fait. Sur une pelouse mouillée et avec un ballon rendu glissant, Lyonnais et Brivistes montraient quelques intentions, mais les défenses prenaient le pas sur les attaques et à la pause, seuls les buteurs, Beauxis pour le Lou, et Germain pour le CAB, avaient meublé le tableau d'affichage (9-9). A la reprise, Baptiste Couilloud, faussait compagnie à tout le monde, ou presque. Il trouvait Buttin le long de la ligne. Il était stoppé. Opportuniste, le jeune demi de mêlée ramassait la balle et décoinçait une partie jusque là bien morne. Brive ne s'en remit pas. Dix minutes plus tard, l'autre demi de mêlée lyonnais, Frédéric Michalak, enrhumait la défense et offrait à Alexis Palisson son troisième essai en deux matchs (26-9). Brive fit de la résistance pour empêcher les Lyonnais de s'offrir le bonus offensif.

Le fait du match

Entre Lyonnais et Brivistes, le spectacle est rarement au rendez-vous et les matchs nuls sont fréquents. La première période, vierge d'occasions d'essais franches, fut fidèles à ce qu'on pouvait attendre. La bonne tenus des Lyonnais en conquête directe et leur présence dans les rucks, dans la lignée de Liam Gill, permit de faire un travail d'usure qui paya en deuxième période.

L'action

Remplaçant depuis deux matchs, Hemani Paea fit jouer sa puissance pour casser deux plaquages brivistes à l'entrée des vingt-deux (51e). Arrivés au pied de la ligne adverse, les avants lyonnais prirent le relais et pilonnèrent leurs homologues pendant plusieurs temps de jeu. Tout près de craquer, les visiteurs résistèrent et de rompre. Les Lyonnais durent s'en remettre à une inspiration de Michalak (56e) pour plier définitivement le match.

 

L'homme du match

La valeur n'attend pas le nombre des années, surtout chez les demis de mêlées français. A Lyon, il y a Baptiste Couilloud. Sorti un peu sonné, mais sous les ovations du public lyonnais, le numéro 9 s'est encore montré décisif. Hormis peut-être une mauvaise orientation du jeu en première période, il a rarement fait les mauvais choix et a joué le rôle de détonateur.

Les meilleurs

Couilloud, Fearns, Gill, Lambey, Cretin, Ivaldi ; Hirèche, Germain.

Par Sebastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?