Toulouse se contente du bonus défensif

En procédant à une revue d'effectif, le staff entendait entretenir la concurrence. Pari pour l'avenir réussi, avec bonus défensif en prime.

Et s’il y avait deux gagnants dans cette histoire ? La question est volontairement provocatrice mais le Stade toulousain, depuis la fin d’une dernière saison traumatisante, est en quête de confiance. Depuis cet été et la sortie du calendrier, le staff avait pointé cette rencontre comme l’occasion idéale de faire une revue de son effectif. Aveu d’impuissance ? Loin de là. « Un match contre Toulon, on sait à quoi s’attendre, nous affirmait Yoann Huget en début de semaine dernière. Ce sera forcément dur. » Alors à Mayol, lui et ses coéquipiers n’avaient déjà pas grand-chose à perdre. Surtout que le nul glané à Oyonnax et la victoire face à Pau avaient placé les Stadistes dans une situation dans laquelle ils n’avaient pas de points à rattraper… « On n’a pas préparé Toulon comme étant le test de l’année, assurait Ugo Mola. Le match contre Pau a laissé un peu de traces physiques avec environ 220 plaquages et il y a plein de choses à gérer, comme les petites blessures sur lesquelles on ne veut pas prendre de risques. » Du coup, les Castets, Faumuina, Madaule, Bezy, Ramos ou Médard, tous victimes de divers pépins musculaires ou de fatigue accumulée, ont été laissés à la maison. Place à d’autres. « Ce turnover, je le souhaite fortement, permettra aux uns et aux autres de garder un niveau constant, espérait l’entraîneur principal avant cette troisième journée. Tous les endroits où on aura de la concurrence, on existera. Aux postes où il y en aura moins, les performances ne seront peut-être pas toujours au rendez-vous. » Voilà pourquoi, au coup d’envoi, dix des quinze joueurs alignés célébraient leur première titularisation.

Les « remplaçants » marquent des points

La vertu principale de choix : il a totalement redistribué les cartes et relancé la logique des hiérarchies. « Cela fait le plus grand bien à l’équipe de se régénérer, clame Huget. On aura besoin de tout le monde jusqu’au bout de la saison. Et à chaque fois qu’on nous donne notre chance, il faut montrer que l’on répond présent. » Lui en fut l’illustration parfaite, avec une merveille d’intervention en bout de ligne, un retour intérieur et une passe décisive superbe pour l’essai de Dupont. Sans oublier les excellentes impressions laissées par Semi Kunatani ou Gillian Galan dans le premier acte, lesquels ne figuraient pas pour l’heure comme des choix prioritaires à leurs postes et ont offert une capacité de pénétration extrêmement précieuses. Ajoutez à cela l’apparition enfin intéressante de Maks Van Dyk, jusque-là plutôt décevant dans son rôle d’impact player, l’entrée tonitruante de Jarrod Poï, le retour aux affaires prometteur de Dupont ou la réussite au pied de Jean-Marc Doussain, et vous comprendrez que le Stade toulousain est reparti de la Rade avec de nouvelles certitudes. Car, avec le rajeunissement opéré cet été, le club a aussi cherché à construire un effectif plus équilibré. « À nous de garder cette fraîcheur dans le groupe pour être performants toute la saison », note Mola. Ce dimanche, son équipe a ramené bien plus qu’un point de bonus.