Jeunes... et jolis !

  • Jeunes... et jolis !
    Jeunes... et jolis !
Publié le

Sous la menace de lourdes sanctions s’ils n’alignent pas des joueurs français, les clubs du Top 14 ont dû, cette saison, faire appel à de jeunes jiff pour composer leurs effectifs.

Cette saison est peut-être en train de sonner le glas des étrangers de troisième zone en Top 14, ces « Sudistes » souvent sur le déclin, boudés par l’élite de leur pays natal et pourtant récupérés par les coachs du championnat de France pour devenir « joker médical », « joueur supplémentaire » ou « porteur de gourdes » en certaines occurrences. Depuis que la Ligue a brandi une menace sur tous les pensionnaires du Top 14 (lire ci-dessous), ceux-ci ont - bon gré mal gré - fait appel à de jeunes joueurs français afin de composer leurs effectifs. C’est bon pour l’équipe de France, vous dites ? Oui, à tel point que les performances d’Anthony Belleau (Toulon) et de Baptiste Couilloud (Lyon) sont toutes scrutées par le triumvirat des Bleus depuis le coup d’envoi de la saison. C’est aussi profitable aux porte-monnaie des joueurs concernés, les clubs français redoublant aujourd’hui d’efforts pour arracher à leur cocon familial les derniers membres de l’équipe de France des moins de 20 ans. Alors, on a évoqué plus haut deux des plus connus (Belleau et Couilloud), mais on ne peut que se réjouir, ailleurs, de l’éclosion du deuxième ligne toulonnais Swan Rebbadj (22 ans, quatre titularisations depuis le début de saison), du flanker lyonnais Dylan Cretin (20 ans, titulaire contre Paris, Brive et Pau), du deuxième ligne du Racing Boris Palu, de son compère talonneur Teddy Baubigny, du superbe attaquant rochelais Eliott Roudil ou encore du remuant talonneur béarnais Quentin Lespiaucq. On en oublie probablement, on laisse délibérément de côté les révélations de l’année passée (Judicaël Cancoriet, Damiann Penaud, Anthony Jelonch, Antoine Dupont). Mais au moment d’aborder les premières rigueurs automnales, on espère simplement que la « carte jeune » est davantage qu’un effet de mode.

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?