Les Jiff commencent à payer

  • Les Jiff commencent à payer
    Les Jiff commencent à payer
Publié le , mis à jour

Pour que le quota de JIFF soit respecté, la LNR a décidé de frapper directement au portefeuille des clubs récalcitrants.

Il ne faut pas penser que les clubs sont entrés dans un cercle vertueux en ce début de saison. Non, simplement, quand la LNR a décidé en septembre 2016, d’établir un barème de retrait de points pour sanctionner les formations qui ne présenteraient pas cette année une moyenne de 14 joueurs issus de la formation française, elle a vraiment touché au portefeuille des clubs récalcitrants. « On s’est aperçu que les sanctions financières ne suffisaient pas », arguait le patron de la LNR Paul Goze. Alors cette année, pour le moment du moins, chaque manager, au moment d’échafauder son quinze de départ, l’ajuste en fonction du dispositif. L’objectif est de ne pas débuter la saison prochaine avec un handicap de quatre points, sanction infligée si jamais on ne respecte pas le quota de 14. Voilà peut-être pourquoi, ici où là des « petits jeunes » font leur apparition en Top 14. « C’est vrai que pour le moment, je m’abstiens de mettre ma meilleure équipe possible sur le terrain, J’essaye d’aligner la plus compétitive en fonction de cette règle des 14 Jiff, mais je suis contraint de laisser au repos certains joueurs que j’aurai titularisés. Je me dis que cela paiera en phases finales », confiait ce vendredi un manager du haut du classement du Top 14, anonymement pour ne pas froisser son vestiaire. Et d’un côté tant mieux. Après tout, avant l’invention des jokers médicaux, c’était comme cela que les jeunes avaient eu leur chance. Ainsi Michalak, Poitrenaud, Bouilhou et Jeanjean, à Toulouse en 2001 à Toulouse, ou encore de Beauxis, à Pau, en 2003 avaient eu leur chance, pour s’imposer très vite comme les titulaires du poste, jusqu’à forcer les portes du XV de France.

Pierre-Laurent Gou
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?