Vannes enchaîne à domicile

  • Vannes enchaîne à domicile
    Vannes enchaîne à domicile
Publié le , mis à jour

Après Bayonne, le RCV a une nouvelle fois marqué les esprits. Vaincre Biarritz, n’avait rien d’évident. Pourtant, les vannetais ont réussi dans leur entreprise, s’imposant (22-16) au terme d’un match âpre, sans jamais rien cédé à leurs adversaires.

LE RÉSUMÉ

Les questions posées en cours de semaine pour connaître la capacité des Vannetais à s’imposer deux fois consécutivement à domicile ont reçu une réponse ce soir devant Biarritz. Après Bayonne, c’e’st l’autre club basque, Biarritz, qui a brouté l’herbe de la Rabine, devant 9 000 personnes sous le charme. Une victoire des joueurs vannetais révélatrice d’un état d’esprit, d’une volonté et d’un désir d’aller jusqu’au bout des intentions. L’essai de Lutumailagi une nouvelle fois très présent dans le jeu, mit en confiance une équipe vannetaise qui mena rapidement 10-0 sur une pénalité de Moeké - qui au passage réalisa le sans faute - avant que les Biarrots ne relèvent le défi physique et ne parvinrent à pousser les Bretons à la faute. Maxime Lucu, qui n’en demandait pas tant, enquillait deux pénalités (14e, 20e) pour ramener le score à des proportions plus en rapport avec la physionomie du match. Mais sans jamais renoncer, sans jamais céder le moindre pouce de terrain, les « Bleus », par Moeké, enquillèrent deux autres pénalités avant la pause pour un 16-6 qui laissait augurer une seconde période tout aussi indécise que la précédente. Mais comme lors du match contre Bayonne, les Vannetais hérissèrent les barbelés en défense, d’autant que De Coninck sur une grosse séquence trouva la terre promise après seulement 6 minutes de jeu en seconde période. Revenus à 6 points (19-13 avec entre-temps une nouvelle pénalité de Moeké 42e), les basques constituèrent une menace constante jusqu’au coup de sifflet final. L’essai de Le Bail refusé pour un « grattage » qui aurait pu tuer la rencontre, obligea les Vannetais à rester concentrés jusqu’au bout, d’autant que M. Lucu (75e) ramena le score à 22-16 soit à moins d’un essai transformé. Jusqu’à la dernière seconde, les Basques crurent à cette victoire en pilonnant la défense vannetaise à cinq mètres, mais sans succès. Ils repartaient bredouilles de ce long déplacement en Bretagne.

LE FAIT DU MATCH

L’essai de Joéli Lutumailagi après seulement 3 minutes de jeu qui ne pouvait que mettre en confiance des Vannetais qui avaient décidé de mettre, dès l’entame, une grosse pression sur leurs adversaires. Comme lors du match contre Bayonne, les Vannetais ont réussi leur premier quart d'heure, ce qui n’était pas si courant que cela la saison dernière.

L’ACTION

À la 70e, après 5 premiers points de fixation, le RCV conserve son ballon dans le jeu au sol et repart sur une série de 15 autres points de fixation avant que Jules Le Bail ne se glisse dans un trou de souris pour aller à dam. Mais l'arbitre estima que le joueur s'était rendu coupable d'un « grattage à la main ». Essai refusé, mais belle démonstration de force collective des Vannetais.

L’HOMME DU MATCH

Eric Fry. le « ricain » que l’on n’avait pas vu sous un jour aussi favorable depuis son arrivée à Vannes avait été somptueux dans le combat contre Bayonne. Il a récidivé hier au soir contre Biarritz. Grosse présence dans les zones de rucks, intraitable dans le combat au ras, l’ancien joueur de Newcastle a montré qu’il n’avait rien perdu de ses qualités. Un rouage aujourd’hui indispensable dans la première ligne vannetaise.

LES MEILLEURS

À Vannes : Fry, Tafili, Vosawai, Leafa, Delangle, Blanc-Mappaz, Lagarde, Lutumailagi, Hickes
À Biarritz : De Coninck, Bastien, Soqeta, Arrate, Dachary, Hewitt

Par Didier Le Pallec

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?