Passer la troisième

  • Passer la troisième
    Passer la troisième
Publié le , mis à jour

Après deux échecs consécutifs sur le match de la montée en fédérale 2, les Castelroussins ont étoffé leur effectif pour aller chercher cette accession.

Cette équipe de Châteauroux est rentrée tambour battant dans la compétition dans son championnat de Fédérale 3 en s’imposant à l’extérieur à Viry-Châtillon. Elle y a affirmé immédiatement son ambition d’imposer sa supériorité sur la poule et son désir d’accession en Fédérale 2. « Ce n’est pas une obsession, mais après nos deux échecs sur le match de la montée, on aimerait bien que cela nous sourie un peu quand même », dit le coprésident Alain Grollaud.

Après les Bretons du Rheu en 2016, ce sont les Poitevins, la saison dernière, qui avait douché les espoirs des Castelroussins, quand au terme d’un match dantesque achevé sous un petit déluge, ils étaient parvenus à conserver dans le Centre leur écart favorable de 2 points acquis chez eux. Alors que le parcours de cette équipe de Châteauroux avait été plutôt exceptionnel (73 essais inscrits), elle avait de nouveau chuté sur la dernière marche faute de pouvoir s’appuyer sur un jeu au pied précis, et une meilleure capacité d’adaptation aux conditions climatiques. Ses responsables ont tiré les leçons de cet enseignement douloureux.

Avec un centre d’entraînement

Avec peu de départs (3) et pas mal d’arrivées (10), la balance de leurs mouvements a été très positive. Les deux entraîneurs Franck Varoqueaux et Guillaume Paré sont allés récupérer l’arrière et buteur de Bourges Vincent Richard, libéré par son club à l’intersaison. Deux avants de Grasse en fédérale 1 ont fait le voyage dans l’Indre. Le talonneur roumain Christian Ionescu est arrivé de Guéret. La jeunesse locale a également été plébiscitée. On trouve dans le lot des nouveaux arrivants 2 jeunes joueurs des clubs de séries voisins, et l’ailier Vincent Delecluse, qui a déjà fait ses preuves en fédérale 3 à La Châtre. Un artilleur, des tracteurs, et une bonne dose d’enthousiasme juvénile : ce groupe qui travaille depuis 3 années avec le même staff technique a été étoffé de façon assez précise pour lui faire franchir un palier. « On a le sentiment pour l’instant que notre plan d’action fonctionne, dit Franck Varoqueaux. Le match amical contre Uzerche et notre voyage à Viry-Châtillon ont montré que le noyau dur de l’équipe maintenait les repères collectifs en place, et que les recrues pouvaient l’enrichir ».

On trouve également dans l’effectif de l’équipe première quelques joueurs issus des équipes de jeunes. Et si le mouvement de la promotion interne est encore un peu timide, il constitue malgré tout l’autre volet de la progression de ce club. Avec la participation des voisins de Buzançais et de Déols, Châteauroux sera le club support du centre d’entraînement départemental de l’Indre, qui ouvrira ses portes au mois d’octobre. Pour les joueurs sélectionnés, des moins de 16 ans aux moins de 18 ans, les responsables ont négocié les horaires de sortie de leurs établissements scolaires et programmé un passage de navette pour les y chercher. Ils s’entraîneront 3 fois par semaine en sus de leur activité en club.

Le coprésident Alain Grollaud, joueur l’équipe de fédérale 2 des grandes années de 1986 à 1995, estime « que l’ouverture de ce centre est un moment important. Nous nous débrouillons pour faire venir des joueurs en offrant des emplois, mais le cœur de notre progression, c’est de pouvoir compter sur nos jeunes. Notre budget de 250 000 euros n’est pas extensible. Si nous voulons retrouver une place durable en Fédérale 2, il faudra la participation active de la jeunesse locale ». En attendant, lui et les siens ont tout fait pour redonner à leur club la place dans cette division qu’il a longtemps occupée.

 

Par Guillaume CYPRIEN / Photo : Pascal MONTAY

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?